Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 17:47

Oui, je sais, peut-être que 2 ou 3 d'entre toi vont se tailler les veines, mais que veux-tu Viviane.

 

Je vais stopper le blog.

 

 

C'est ta tronche là hein ?

 

En même temps, c'était déjà un peu le cas.

 

Alors pas stopper genre je supprime tout, je ferme à double tour et je refoule avoir écrit tout ça (nan ça me ferait chier de perdre le récit de la naissance de la Ventouse, 4 épisodes quoi merde).

 

Stopper car je n'ai ni le temps, ni les conditions, ni (j'avoue tu vois je te dis tout) l'envie.

 

Je rentre à 18h20. Diego bossant dans la barraque, je suis mère célib et je gère la Ventouse.

 

19h30, je fais acte d'hygiène sous la douche pendant que la Ventouse passe du temps avec son père.

 

20h-20h15 : gniiii 15 minutes A MOI. Internet is mine.

 

20h15 - 20h45 : moment coucher ventousesque.

 

20h45-21h15 : je fais la popotte pendant que Diego à son temps A LUI. Internit is his (c'est comme ça qu'on dit hein ?)

 

21h15-22h : on bouffe devant la téloche et on papotte.

 

22h-23h : on comate et je me dis toutes les 4 minutes que je ferais mieux de me pieuter.

 

 

Moi, 22h04, 5 soirs sur 7.

 

6h30 : une nouvelle journée commence.

 

Trouver du temps pour écrire, ben c'est hard, et en même temps je sais, je fais pas d'effort, tout simplement car bloguer ne dois pas en être un (d'effort), non ?

 

Je ne te lis même plus, toi derrière ton écran, et pourtant je te kiffe.

 

Notre PC portable est mourru, avant je pouvais lire et écrire vautrée bien installée sur le canap avec Diego, mais là faut que je m'isole sur le bureau à l'autre bout de la pièce, paie ta non vie de couple du coup. Ouais on est de gros ados, pour nous la proximité physique même si on s'échange pas un mot et pas une once de salive, c'est important.

 

Mes beaux-parents sont là pour 10 jours, après c'est les fêtes, je n'ai pas de vacances, bref je sais très bien que je ne vais pas écrire avant l'année prochaine, même si pourtant j'ai 4 billets en brouillon, et d'autres trucs à te raconter.

 

Je reviendrai donc sûrement, mais quand je pourrai, que ça sera un plaisir, et quand je n'aurai pas à faire passer mon homme velu après. Je vais un peu te perdre Viviane, je le sais, mais peut-être que tu reviendras à ce moment là, comme quand Dr Quinn repasse et qu'on se dit qu'on s'en retaperait bien une tranche, rien que pour le fun.

 

A très bientôt, et comme ils disent les Ricains, "take care".

 

 

Te laisse pas aller putain, je sais c'est dur, mais pense à des choses importantes, comme l'apéro, les cadeaux de Noël, ton tapis de bain. Ou alors ton mec tiens.

 

Repost 0
13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 11:50

Depuis dimanche, j'ai mal à la gorge. C'est allé très vite, un picoti de tarlouze qui s'est vite transformé en Hiroshima ORL.

 

Pour te résumer :

 

Quand j'avale j'ai l'impression d'avaler une éponge en papier de verre.

 

Ça me lance dans l'oreille.

 

J'ai une petite fièvre.

 

J'ai un mal de crâne de ouf.

 

Hier je suis allée bosser, je me suis dolipranée la cheutron, mais c'était pas brillant. Cette nuit j'ai bien senti la fièvre, je me suis trouvée fort fébrile, je suis restée éveillé de 3h à 4h30, impossible de me rendormir tellement j'avais mal à la tête.

 

Aujourd'hui j'avais une journée fort chargée au taf que le Premier Ministre à côté il bosse aux 32h.

 

Je te le dis : je me sentais pas la force ni la capacité physique d'aller travailler.

 

J'ai donc appelé le médecin, que je ne connais pas encore vu qu'on vient d'arriver.

 

Elle me dit de rabouler ma fraise à 10h.

 

Elle m'a reçue à 10h. PAS D'ATTENTE GEORGETTE. J'ai pas connu ça depuis 2002.

 

On blablatte. Je lui explique mon blème. Elle me sort "mais vous ne travaillez pas aujourd'hui ?" Je lui réponds que normalement si, mais vu le vrac qui me caractérise, ben je suis devant elle.

 

Elle m'examine. Elle écarquille les yeux en m'examinant la gorge. Ça sort tout seul "vous avez une sacrée angine !"

 

Là je sais pas pourquoi je suis fière, syndrôme première de la classe sûrement. Genre je l'ai grave impressionnée la doc quoi, je suis son cas de l'année elle va en parler à ses collègues et pondre un article dans le "National Medicine Care Eval of Humans" (oui ça veut rien dire, mais ça sonne pas hyper revue scientifique qui sait de quoi elle parle ?)

 

Elle finit son examen.

 

Là, je me suis dit c'est le moment de saisir l'occaz. Nan car tu sais je t'avais causé mot de ma fatigue. Tu m'avais conseillée de me faire arrêter toussa.

 

J'ai eu du mal mais je me suis lancée. J'ai parlé de ma grosse fatigue. Que d'ailleurs je dois être carencée ou je ne sais t-y car il y a un mois je me suis quand même tapé une sacrée bronchite (où je n'ai pas consulté), et un bon rhume en septembre...

 

La doc a hoché de la tête. Elle a même beaucoup hoché. Je connais ce hochement qui veut dire ouais ouais je t'entends mais je t'écoute pas et d'ailleurs je n'essaie même pas.

 

Elle m'a arrêtée seulement pour aujourd'hui. J'aurais bien aimé un jour supplémentaire, mais je peux me le carrer bien profond. 

 

J'ai ma PUTAIN d'angine, je dérouille, j'ai un peu de fièvre quand même, je lui dit que je suis complètement naze, ben oui mais ma ptite dame mais ça n'empêche pas de bosser.

 

Je lui ai demandé si c'était contagieux. "Oh que oui !" Je lui ai demandé comment protéger ma gosse au mieux, histoire de pas encore enchainer les nuits blanches quoi. Réponse : "Faut faire attention".

 

SUPER. 

 

Bon après je suppose que ya pas de miracles non plus, mais je sais pas, des astuces, des conseils ?

 

Je lui ai quémandé une prise de sang histoire de voir si ma fatigue n'est pas due à autre chose genre carence ou autre, ça elle a daigné le faire.

 

Bon ben demain jvais taffer hein, j'espère juste ne pas avoir trop la tête dans le dedans de moi même, histoire de pas faire trop de counneries.

 

Je sais pas ce que j'ai avec les docs, ou alors j'ai une tête de gens qui abuse, mais on veut jamais m'arrêter. Alors que pour le même doc, je te dis pas le Diego à chaque fois il repartait avec une PROPOSITION d'arrêt, qu'il déclinait. Abusé là non ? J'ai mon explication : moi je marque presque pas la fatigue ou la maladie, j'ai cette chance d'avoir l'air toujours plus ou moins fraiche, alors que le Diego il lui manque 1 heure de sommeil on dirait qu'il a tenu un siège de 36h à Kaboul. Injustice flagrante, c'est quand même bibi qui se lève 3 fois par nuit depuis presque 1 an. Shit. 

 

Sur ce, je vais pioncer toute l'aprem je crois, ça peut pas faire de mal.

 

balade.jpg

 "Tiens, pourquoi quand je prends ma fièvre ça me rappelle ce que j'ai servi la veille à tante Odette ?"

 

 

 

PS/ Le type qui a tapé "pédiatre je te dépucèle" pour arriver ici, est-ce que tu peux partir s'il te plait ? 

Repost 0
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 11:45

M6, mon lapinou.

 

En général, je t'apprécie. Ça fait des années que ça dure entre nous. Je dirais pas que j'ai grand avec toi vu que dans mon trou paumé, on ne te captait pas. (Si si c'est possible.) J'ai grandi avec 3 chaines, ce qui ne m'a pas empêché de bouffer des séries comme c'est pas permis. Et de la vraie daube hein, Hooker, Rick Hunter and co. Tout ça, ça fait des souvenirs. 

 

Toutefois je te matais quand j'allais chez lec copines, ou en vacances. Tu étais LA chaine où passait La Petite Maison dans la Prairie et Dr Quinn quand même. Dans la vie d'une gamine, c'est pas rien mon chouchou.C'est grâce à toi que j'ai toujours voulu appeler mon hypothétique chien "Sully", pour moi aussi pouvoir hurler à tue-tête comme si on m'épisiotomisais à vif : "Sullyyyyyyy !!!!!"

 

Et puis ensuite tu es entré chez nous. Tu es devenu un membre de la famille. Ton plus beau cadeau reste X-Files et la Trilogie du Samedi. 

 

Nan mais X-Files quoi. J'en étais complètement dingue. J'avais même ma carte d'agent du FBI tu sais. J'étais moureuse de Mulder, Trust no one est devenu mon credo. Quand je vois le gars qui jouait Skinner dans d'autres séries, ben non il reste Skinner pour moi. J'ai économisé des mois et des mois pour m'offir la saison 1 en cassette vidéo. Je me revois toute fébrile à la caisse de la FNAC, j'y ai laissé une fortune et j'avais tellement hâte de mater le tout pour la 701ème fois.

 

La Trilogie...well done mon cochon, well done. Charmed, Buffy...c'est devenu la meilleure soirée de la semaine. Bon après j'adhérais pas à tout hein, genre le Caméléon (trop moche putain le mec) et The Sentinel (trop con putain le mec) c'était juste pas possible. TF1 la hyène a voulu te copier à un moment, c'est dire la reconnaissance non ? (comment ça non?)

 

Après bon on s'est un peu perdu, tu as évolué moi pas je crois, la télé réalité toussa c'est pas trop mon truc. Je t'ai moins regardé mais quand même, j'allais te voir régulièrement. Style le dimanche soir quand y'a rien (et c'est souvent le cas soyons honnête), un bon pti Capital sur la formidable ascension du parmesan corse, ça te remplit ta soirée sans que tu ne sentes quoi que ce soit.

 

Et puis Kaamelott quand même, gros big up mon M6sounet. 

 

Et puis est arrivé 2005. Premier temps avec Diego, tu décides de nous offrir Desperate Housewives. Quand je pense que le Diego ne voulait point regarder. Je l'ai forcé à grands renforts de saucissons et de pif, et BAM, on a adoré.

 

On piétinait pour savoir la suite quoi. Alors on t'a laché très vite pour aller nous l'enfiler en streaming.

 

Et c'est là qu'on a constaté qu'en fait M6, t'es un peu une raclure.

 

On a vu les bandes annonces des épisodes que tu allais diffuser. Nan mais t'es au courant que tu fuck tout le suspens ? T'es au courant que l'épisode d'avant se termine toujours en eau de boudin, qu'on reste là avec nos questions, nos doutes et nos ongles rongés et que toi, en quelques SECONDES, tu chies dessus ? Que tu donnes les REPONSES aux putains d'intrigues ??  En gros que ça sert plus à rien de regarder l'épisode donc de rester sur ta chaine ?

 

NON MAIS T'ES MONO-NEURONE OU BIEN ?

 

Jusque là, jusque là mon couillon, ça me faisait mal pour les autres mais bon perso j'avais déjà streamingué la saison donc si tu veux émotionnellement je gérais. Sauf que cette année, RIP streaming, on a attendu ta diffusion.

 

Et je SOUFFRE ptite bite, je SOUFFRE. Quand je tombe sur la bande annonce, vite je me bouche tout orifice sensoriel. Mais dès fois je loupe, je rippe, et du coup je sais. Hier, tu m'as dit en avance qui était le père du bébé de Julie. WTF ?! Tu te crois où putain ?

 

Est-ce que je te dis, moi, que ton jingle de coupure pub est moisi et que tu t'es vraiment pas foulé ? Non.

 

Est-ce que je te dis, moi, que ton journal ressemble à un exposé d'un élève d'une classe de 3e, avec des infos survolées et un présentateur tout moite ? Non.

 

Est-ce que je te dis, moi, que Jérôme Anthony donne des accès de violence tellement il est insupportable ? Non.

 

Est-ce que je te dis, moi, que Karine Le Marchand est niaise et parfaitement infantilisante quand elle parle aux gens ? Non.

 

Pourquoi ? Car je te laisse découvrir tout ça par toi même comme un grand, il suffit juste d'un peu de temps.

 

Alors est-ce que tu peux, si ça te défonce pas trop le troufion, arrêter de jouer au con et donc de JUSTE annoncer que tu vas passer Desperate Housewives SANS niquer le suspense à chaque fois ? Ou alors tu passes la saison à l'envers, assume.

 

Merde.

 

gaby.jpg

 Putain tu vois l'état dans lequel tu me mets ?

 

Repost 0
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 07:49

Où t'ai-je laissé ? Ah oui.

 

J'avais crevé un pneu sur le parking de la Halle (d'ailleurs, toujours pas de nouvelles du service client. Lundi, je me le fais).

 

Je suis montée sur un espèce de terre plein. Comme j'y suis allée franco, je me suis en plus retrouvée coincée dessus. Angoisse. J'ai trouvé la bourrin qui est en moi, j'ai forcé la bête. Je me suis décoincée, et j'ai entendu un gros "poc".

 

J'ai su.

 

Mon pneu était total à plat. On aurait dit mon bide après l'accouchement. J'ai un peu compatis. (Surtout que la roue, elle, elle a eu une épisio quoi. )

 

Je me suis dit que si un mec m'avait vue gérer avec autant de perfection ma manoeuvre, il devait être en train de se taper les cuisses à grands coups de "ah putain de bonnes femmes, mais foutez les en cuisine bordel !" 

 

Comme je suis d'une nature peu anxieuse, je n'ai pas paniquée. En même temps, c'est aussi car ça ne m'est pas arrivée en pleine cambrousse. J'étais dans une zone d'activités comme ils disent sur les panneaux. J'avais vu un garage pas loin.

 

J'ai appelé la nounou pour la prévenir, et je me suis trainée en feux de détresse jusqu'au garage. Qui n'en était pas un. C'était une franchise de cette société là, qui fait les contrôles techniques. Tant pis, j'ai tenté le coup.

 

Grand bien m'en a pris car le bougre m'a changé ma roue prestement. Et GRATUITEMENT. Comme quoi ya encore des commerçants sympas. En plus, il était honorablement baisable. Typé indien, une jolie carrure. Hmm il aurait pu me contrôle techniquer quand il voulait.

 

Je suis donc rentrée chez moi, éreintée. (pas à cause de la fougue du contrôle techniqueur malheureusement) 

 

Le lendemain, la CGT faisait un appel à glander chez soi faire la grève et amorcer le changement dans notre société. Avec le Diego on s'est dit super on va utiliser cette journée pour avancer encore les travaux, car on est à la bourre.

 

Donc déjà il fallait que j'aille faire changer mon pneu, tu penses bien que disposant d'un créneau horaire, fallait que j'en profite.

 

9h30 mardi matin, j'arrive au Feu Vert d'un grand centre commercial. Ils disent "Pneumatique sans rendez-vous, ultra rapide."

 

Maintenant j'ai envie de dire : et mon cul c'est de la praline. Sauf qu'à l'époque (mardi), j'étais naïve et j'y ai cru. 

 

9h30 donc, le feuveriste m'accueille très aimablement sans m'accorder un regard, par un soupir lourd de sens, genre je le fais chier. Je lui explique le topo. Un "bah j'espère que vous êtes pas pressée, je suis tout seul ce matin hein." ponctue mon introduction. 

 

Euh...ouais. Ai-je le choix ? Non.

 

Il me dit donc de revenir vers 11h30/11h45. Pendant ce temps, j'ai erré dans le centre commercial avec les vieux. Jme suis coupé les cheveux tiens. Chez Saint Algue que je me demande encore comment on peut faire croire que c'est classe et glamour avec le mot "algue". Genre Saint Anus c'était déjà pris en fait.

 

Je reviens à la dite heure. Bien évidemment ma voiture n'était pas prête. Là, ils étaient 3 gars. Tu sais à quelle heure j'ai récupéré ma caisse ? 13h. Oui, ils ont mis 3h30 pour me changer mes 2 pneus avant. Meurtre. Suicide d'autrui. Broyage de burnes feuveristes. Et ruine de mon compte bancaire.

 

Je ne suis arrivée dans notre maison qu'à presque 14h, sans avoir mangé. Une belle matinée de perdue.

 

Mardi : une bonne journée, donc.

 

Mercredi, la chaudière de notre future maison nous a tout simplement claqué dans les pattes. La hyène. Plus de chauffage, plus d'eau chaude. Emménagement, J-5.

 

Je suis blasée, je me questionne grandement. Je décide de jouer au loto pour titiller le sort, pour inverser la tendance, pour foutre un coup de pied au cul de l'Univers. 2 grilles les meufs, jsuis une ouf moi, une ouf.

 

20h40 : j'ai donc perdu 4 €, je n'ai aucun, oui aucun chiffre qui est sorti.

 

Jeudi. Aaaaah, jeudi c'est spécial. Vois-tu actuellement, on vit dans une maison de ville, située à la sortie d'un virage dans unr rue à sens unique. Devant chez moi, c'est une ligne jaune, interdit de se garer, because virage. Se garer n'empêche pas les voitures (et même les bus) de passer hein, mais bon c'est interdit. Toutefois, il y a tout le temps quelqu'un de garé.

 

80% du temps ce quelqu'un c'est moi. Je me mets là si je ne trouve aucune "vraie" place dans la rue, ce qui est souvent le cas.

 

Il y a un peu plus d'un an, je me suis pris un PV. Bouarf, c'était de bonne guerre.

 

Jeudi, je ne travaillais pas. Pris ma journée pour aller récurer la maison. Je partais donc un peu plus tard que les autres jours.

 

Et bien, sur ma glorieuse lancée démarrée en semaine, je me suis pris un PV. A 7h45, juste avant que je ne commence à charger la voiture. 4 jours avant notre départ. QUATRE JOURS AVANT QU'ON SE CASSE PUTAIN.

 

Epanouissement. Extase. Félicité. Apéro.

 

Et aujourd'hui...ben rien.

 

Mais en fait ça me va, rien. Si ma vie pouvait retourner dans le néant du suspens et quitter la daube du karma, ça m'irait bien. Vraiment hein, c'était sympa de penser à moi là haut, les mecs de l'Etoile Noire ou du truc moisi du Destin, mais allez voir ailleurs, genre chez les dauphins, chez un agent immobilier, ou chez Nadine Morano tiens.

 

Merci.   

 

malchance.jpg

 Toi, t'as oublié d'enlever tes bandelettes avant d'aller faire caca et tu viens de t'en rendre compte. Je reconnais, c'est pas d'bol.

 

Repost 0
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 21:35

Franciane,

 

Je suis vénère (oui je sais, ça se dit plus depuis 2006). Depuis quelques jours, la guigne nous poursuit. Je te jure, on les enchaine. La vie là, c'est juste la mega loose.

 

Je crois bien que j'ai acheté des chaussures maudites. Toute ça c'est leur faute.

 

Remontons à la semaine dernière. N'ayant plus de chaussures sayantes et un poil chaudes à offrir à mes petons, je m'en suis allée chez un marchand de chaussures bien connu afin d'en quérir une paire. On ne se défait pas de quelques années à bénéficier de la CMU-C, je suis allée à la Halle aux Chaussures. Ils ont bien joué les mecs, car fut un temps ils étaient bon marché, mais maintenant c'est juste presque aussi cher que Bata ou André, mais ça reste de la merde qui te dure une saison, et encore. Toutefois en général, je trouve de quoi me plaire.

 

Hop hop, je me dégote une paire de bottines avec pile un petit talon de la hauteur qu'il faut. Bon, 49.99 euros la paire quand même. Mais bon, "dessus cuir" qu'ils disent, et puis enfin je vais avoir le pied au chaud.

 

Le lendemain, je les mets. No blème.

 

Le surlendemain, again. Sauf que ce jour là, il pleut. Je me rappelle nettement m'être dit "ah, c'est chouette je vais marcher sous la pluie bien peinarde d'un point de vue pédestre."

 

Et là, c'est le moment où l'Univers me la met bien profond.

 

Au bout de...je dirais 50 mètres, je sens une pointe d'humidité sur mon gros orteil. Ne pouvant croire en cet affront, je me dis que forcément, ça doit être psychologique, il pleut donc je crois que mes pieds se font mouiller la cheutron.

 

Et puis en fait 4 minutes plus tard, j'ai du me rendre à l'évidence : mon pied droit est nettement en train de s'humidifier sévère.

 

Et puis 7 minutes plus tard, le gauche l'a rejoint au pays du poulpe suintant.

 

Ce jour là, je partais aux aurores en formation, je n'allais rentrer que le soir, et à 7h48, j'avais les pieds mouillés dans mes bottines neuves.

 

Joie.

 

Histoire de bien enfoncer le clou, le chauffage dans ma salle de formation était en panne. Je me suis dit je suis bonne pour la pneumonie. Même pas, tu noteras mon capital défense L Casei du cul de sa mort qui tue.

 

J'ai pris avec mon Aïefone mes pieds en photo. Heureusement j'avais mis des chaussettes bleues ciel, la capillarité de l'eau absorbée par le tissu se voyait vachement du coup. J'étais littéralement trempée.

 

C'est pas tout ça mais j'étais hyper remontée, putain 2 jours les shoes quoi. MERDE.

 

Miracle dans la bouse : j'avais gardé le ticket de caisse, chose que je ne fais JAMAIS.

 

Ainsi, lundi, je me pointe en magasin. Mon fol espoir ? Etre remboursée de mon achat-arnaque, ou tout du moins avoir un avoir (je pouvais prendre des chaussons, un sac, des collants...bref j'avais des plans B dans ma tête). Je savais que ça n'allait pas forcément se faire tout seul, mais là quand même, on a atteint des sommets de foutage de gueule.

 

- Bonjour, j'ai un problème j'ai acheté ces bottines la semaine dernière mais elles prennent l'eau !

- Bonjour...ah on ne reprend pas les chaussures qui ont été portées.

- Oui mais là, j'ai juste marché sur la pluie, et en quelques minutes mes pieds étaient trempés...Il y a clairement un défaut de fabrication là.

- Ah...ah mais on peut rien faire, on ne les reprend pas vous les avez portées...

- Nan mais là je n'en veux plus elles ont un défaut ! Vous trouvez ça normal d'avoir les pieds mouillés en portant des bottines ?

- C'est pas des bottines ça Madame.

- Pas des bottines ???? C'est quoi alors ????

- Des chaussures classiques, enfin des...enfin c'est pas des bottines ça.

- Bottines ou pas il n'empêche que j'ai pas acheté des tongs, elles n'ont pas à prendre l'eau !!

- Et bien à l'avenir, il faudra éviter de les mettre si vous voyez qu'il pleut.

- Gné ???

- ....

- Vous êtes en train de me dire que je ne dois pas porter mes bottines achetées 50 euros s'il pleut ?

- Madame, comprenez nous, nous on ne reprend les chaussures que si on peut les remettre à la vente, mais vous les avez portées, on ne peut plus les vendre...

- Mais j'espère bien que vous ne pourrez plus les vendre, elles ont un DEFAUT !!

- Ecoutez moi je suis en CDD, faudrait repasser demain pour voir ma collègue.

- Non je veux voir votre responsable.

- Il n'y a personne, moi à mon niveau je peux rien faire, revenez demain, il y aura ma collègue.

- Mais votre collègue c'est qui, une responsable ?

- Euh...non pas vraiment...mais elle est en CDI.

 

Bref, je suis repartie avec mes chaussures sous le bras. Complètement bouffée par tant de conneries. Je crois que le "ne les mettez pas s'il pleut" est celui qui a le plus atteint mon cortex pré-frontal.

 

chaussures-de-merde.jpg

 Voici donc les Boots/Bottines que je retrouve sur le site de la Halle aux Chaussures, mais qui ne sont PAS des bottines selon la vendeuse de la Halle aux Chaussures. Tout va bien.

 

Putain mais d'où ça vient qu'on prenne ainsi le client pour un débile profond ? Qu'on lui vende une merde CHERE et qu'on lui dise de s'en contenter ensuite ? De lui dire en frontal que ouais, le produit est visiblement défectueux, mais qu'il a qu'à s'adapter au défaut quoi, et pour le même prix bien sûr. Il est où le respect du client bordel ??

 

Je n'y suis pas retournée le lendemain, j'avais dans l'idée que j'aurais eu le même discours, et j'ai un peu autre chose à foutre que d'aller perdre mon temps à la Halle aux Chaussures. Mais t'inquiètes ma poule, je compte pas en rester là, j'ai écrit au service client de l'enseigne, et je vais pas les lacher. Je veux récupérer mon fric et leur rendre leur bouse.

 

Mais, tout ça ne te dit pas en quoi ma semaine est merdique. Et bien figure toi que sur le parking de la Halle, sûrement distraite par le nuage de vivacité d'esprit dans lequel j'étais enveloppé encore quelques minutes auparavant, je me suis bouffée un putain d'espèce de trottoir pour décharger la marchandise...et j'ai crevé un pneu. Il était 17h10, je devais encore aller chercher la Ventouse, ensuite on avait 40 minutes de route pour rentrer chez nous...et je n'avais jamais changé une roue. 

 

Et il pleuvait. 

 

Et on n'était que lundi.

 

 

 

 

Repost 0
21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 21:00

L'autre jour je discutais avec une copine, on en est venues à parle d'une connaissance commune. Cette fille, après 2 ans de PMA, a eu un petit garçon il y a 5 mois.

 

Et il y a quelques semaines, elle a dit cette phrase très forte "je ne souhaite à personne d'en avoir un comme ça."

 

Violent hein ? Vache, je me suis dit qu'elle devait souffrir dans le dedans d'elle-même pour exprimer ça. Mais pourquoi dit-elle donc ça ? Et bien parce que son fils visiblement pleure pas mal le soir, et il ne fait pas ses nuits.

 

J'ai envie de te dire à 5 mois c'est normal, mais comme quoi on est toutes différentes : elle est sur les rotules. Elle est régulièrement arrêtée (elle a repris aux 2 mois et demi de son bébé) pour fatigue extrême. Pendant ses 2 ou 3 jours d'arrêt, son fils est chez la nounou, et elle dort, dort, dort.

 

J'ai pas pu m'empêcher de faire un parallèle avec moi. Comme tu le sais la Ventouse dort mal. Elle ne fait plus ses nuits depuis ses 5 mois, donc depuis décembre 2011.

 

Elle se couche, sans difficulté aucune, vers 20h maintenant. Un premier réveil vers minuit, puis ensuite ça varie selon les nuits. Les bonnes nuits, je n'ai ensuite qu'un seul réveil vers 4h, mes ces nuits là ne sont pas fréquentes. En général, elle se réveille toutes les 2h30 En plus ça correspond à rien 2h30...à part peut-être la durée idéale d'une journée de taf.

 

Depuis 10 mois, j'ai rarement (mais genre rarement quoi. Genre autant qu'Omar et Fred m'ont fait rire tu vois. Presque jamais finalement) dormi plus de 5h d'affilée.

 

La Ventouse est une lève tôt je ne sais pas d'où ça lui vient (putain). Sa nuit se finit entre 5h45 et 8h. En moyenne à 7h/7h30 elle se lève. 8h15, c'est le grand grand max, c'est rare.

 

Il n'y a que moi qui me lève la nuit, si elle voit Diego entrer dans sa chambre elle hurle direct comme si on allait l'égorger. Le psycho drame en personne. Alors que la journée je te rassure, elle kiffe son papa, et d'ailleurs quand il n'est pas là elle le réclame. Super quoi. 

 

Donc voilà mes nuits à moi de façon générale depuis 10 mois : couchée vers 23h, réveillée à minuit, 2h30, 5h, et debout vers 7h (en VACANCES HEIN... 6h30 sinon). 

 

Le samedi matin Diego gère, je dors jusqu'à 9h. Le dimanche, c'est moi et lui il grasse mat'.

 

Je ne sais pas DU TOUT comment je fais pour tenir le coup. Parce que oui, je suis fatiguée. Je maudis le matin. Certaines nuits sont plus difficiles que d'autres, tout dépend en fait de la phase de sommeil dans laquelle je suis quand la Ventouse me hèle. Certaines nuits, j'ai envie de pleurer. Je la dispute parfois. Je me sens parfois énervée, lasse de devoir me lever. Mais la plupart du temps, je suis en pilote automatique, j'y vais, je la rendors et je me recouche, point.

 

Toutefois, même si je suis naze, sincèrement je ne me sens pas exténuée. J'ai pas envie de me coucher à 20h. Je tiens le coup. Mais je sais pas comment !

 

joie.jpg

Hou-hou ! Je ne dors pas depuis 10 mois (et je m'épile pas non plus, d'où mon gilet, mais bon ta gueule).

 

Je me demande si ça vient de l'accouchement ? La connaissance en question a eu un accouchement difficile qui l'a laissé sur le carreau, alors peut-être que dans ce cas on part avec un mauvais "capital" de forme ?

 

Moi je me traine toujours cette fatigue, elle est là, elle me permet de m'endormir en une demi seconde et d'avoir la paupière toujours un peu lourde j'avoue...mais pas au point de m'arrêter, pas au point de me dire que mon gamin est un "boulet"...et je ne sais pas comment c'est possible que je ne sois pas si naze que ça.

 

Mais après, j'ai la chance aussi d'avoir une Ventouse qui a toujours été facile à vivre, je pense que ça aide pas mal, en journée je ne suis pas en burn out.

 

Pour mes nuits, pour préserver mon moral c'est bien simple, très peu de personnes savent qu'elle dort mal. Comme ça j'évite les conseils dont je ne veux pas, tous plus merdiques les uns que les autres, les "takayaka" qui me surgavent. Elle dormira bien un jour, et pour le moment je préfère cette situation au recours à des méthodes "musclées" pour qu'elle pionce.

 

****************************************

 

Tu vois ce que tu viens de lire ? Ben je l'avais écrit en début de mois. Sauf que - l'Univers est un gros bâtard il a dû me porter la guigne -, depuis je te dirais MOUAH AH AH. AH.

 

Car entretemps, il y a eu la bronchiolite. Celle la même qui a engendré une nuit blanche. Non pas blanche d'ailleurs, un réveil toutes les 30 minutes c'est pas une nuit blanche, j'ai dormi par tranche de 20-25 minutes toutes les heures. De quoi me plains-je on se le demande.

 

C'est bien simple : j'arrive pas à m'en remettre. Je suis exténuée. Ça y est, je l'ai, cette fucking cerne un peu sombre. Je suis officiellement et à la face du Monde entier : FA-Ti-GUEE.

 

D'où d'ailleurs mes billets quelque peu éparses. Nan car en plus avec les travaux, faut bien le dire ça aide pas. Normalement le weekend c'est fait aussi pour se reposer. Oui mais là, le Diego part à la maison bosser avec son père, donc je m'occupe de la Ventouse. Puis j'y vais sur l'heure du déjeuner, puis je m'occupe d'elle jusqu'au soir tout en essayant de me rendre utile sur le chantier (j'essaie pas fort faut pas déconner non plus. Nan car faire des cartons avec un bébé c'est une chose. Décoller du papier peint en est une autre. Surtout dans une maison entièrement dégueulassée par la poussière et les détritus, où chaque centimètre carré est un billet direct vers une leucémie qui se déclarera à ses 43 ans).

 

Et puis en fin de journée je repars dans notre maison actuelle. Et puis je gère la soirée seule. Et puis le Diego arrive. Et puis du coup je deviens Bree et lui sert son repas et fait la vaisselle. Et puis je fais des cartons. Et puis je fais les courses. Et puis je dois maintenir la maison propre histoire de pas passer pour des gros porcs moisis du cul devant les gens qui visitent chez nous pour reprendre la location. Et puis je dois me lever la nuit, plusieurs fois. Et puis le lundi et son réveil de merde à 6h15 redémarre. Là je dirais pas non à un arrêt (mais j'irai pas demander de toutes façons, alors à moins qu'il tombe du ciel je continuerai sur ma lancée).

 

Donc là la fatigue juste c'est plus mon amie. Je lui chie à la gueule, voilà c'est dit.

 

dodo-taf.jpg

 Cette photo est scandaleusement fausse. Où est le cheveu en vrac ? La tache sur le chemisier ? La bave qui coule ? Le mascara de la veille qui dégouline ? La joue avachie sur le dos de la main ? Le trait de style bic sur le front ? Je suis outrée.

 

 

 

(Si tu veux geindre avec d'autres personnes que moi, tu as une autre maman cernée ).

 

 

 

Repost 0
24 août 2012 5 24 /08 /août /2012 10:52

Ça y est ! Non seulement on est proprio, mais en plus on a les clefs !

 

Hier, nous sommes allés chercher notre bien. Les anciens proprios sont partis, ils ont failli chialer (je pense que ce fut chose faite dans la voiture), et comme je suis toute douce à l'intérieur, j'ai bien failli verser ma larme moi aussi.

 

Alors que pourtant, on s'est quand même embrouillé 2 fois avec eux pendant toute la procédure d'achat. Note à toi-même : n'achète PAS à

 

- des vieux

- des vieux qui vendent à contre coeur.

 

On a eu droit à des leçons de morale, à l'argument "tout ça c'est une question d'éducation" (c'est l'air de rien le "fils de pute" des vieux). Ils n'étaient pas mauvais au fond les bougres, mais ils avaient en tête une idée précise de la façon dont ils voulaient que ça se passe, et quand ça n'était pas le cas, c'était bien évidemment de notre faute, même pour des trucs qui ne nous regardaient même pas.

 

Je t'avoue que cet achat m'a bien stressée, je n'y ai finalement pas trop pris de plaisir.

 

Mais hier, avec cette maison vide, ce sol qui est à la banque à nous, ces murs, ce beau jardin...J'ai fait un tour avec la Ventouse en lui disant que c'est là qu'elle grandirait, qu'elle marcherait, qu'elle jouerait, qu'elle ferait ses goûters d'anniversaire...C'est là que pour pas mal d'années on aura des purs moments de joie, mes futures grossesses (normalement !), nos coups durs...putain c'est chez nous de chez nous quoi.

 

Les beaux-parents sont arrivés avant-hier. Comme je te l'ai dit, il était prévu qu'ils viennent dès le début, car mon beau-père malgré la montagne de défauts qui le caractèrise, un quand même un truc chouette : il adore bricoler, et il sait bricoler. Du travail de pro. Comme ça d'une part on lui fait plaiz, d'autre part c'est gratuit. Enfin, c'est financièrement gratos, mais il y a quand même un prix à payer, on a conscience que ces travaux, on va en entendre parler jusqu'à la fin de ses jours et au moindre désaccord il nous glissera un "quand je pense que je t'ai refait ta maison" bien senti. On le sait, on devra vivre avec.

 

Tout était bien ficelé niveau planning, nous on quitte notre location en octobre, les travaux auraient été finis, plus que de la fignole à faire. 

 

Mais tout ça c'était sans compter sur mon beau-frère. Ce dernier a - psychologie du Bon Coin bonsoir - pas tout réglé avec son père. Il est et c'est flagrant le fils préféré, ça m'a sauté aux yeux dès la première rencontre. Mais il n'arrive pas à l'intégrer alors c'est un lèche cul de première, qui ne vit d'ailleurs pas vraiment sa propre vie mais tend à réaliser les souhaits - exprimés ou non - de son pôpa. Il a fait des "choix" de vie hallucinants tellement ça colle comme par hasard avec ce qu'aurait souhaité son père (sa femme par exemple, qui est étrangère. Ohlala c'est dingue la coïncidence, elle appartient à une culture sur laquelle mon beau-père fantasme) (oui je te parle sexe) (beurk). Personnellement je trouve ça glauque mais passons, on a tous nos névroses à se trimballer.

 

Quand on a annoncé qu'on achetait, ben tiens le beauf annonce que lui et sa femme cherchent aussi.

 

Quand on a annoncé que beau papa viendrait pas mal de temps faire des travaux, il a annoncé que jamais ils n'achèteraient avec travaux car beau papa chercherait à tout régenter (ce qui est vrai), que ça serait trop compliqué à gérer.

 

Ça, c'est pour les propos de façace. Après, je pense que son inconscient s'est dit "putain mais mon pti frère il va grave passer du temps avec pôpa ! Et ils vont être complices ! Et moi je vais être mis de côté ! Et du coup, pôpa il va plus aimer Diego que moi !"

 

Du coup, quelques semaines plus tard, le frangin nous annonce qu'ils ont trouvé un appart...avec travaux. Comme il a acheté peu de temps après nous, ils auraient leur appart peu de temps après nous...donc pendant qu'on est encore dans nos travaux.

 

Est-ce que tu entrevois le merdier, ou t'ai-je perdue ?

 

Ben oui, niveau timing c'est short, nos achats/travaux se chevauchent, du coup mon beau-père abrège les travaux chez nous pour aller les faire chez mon beauf. Ce qui implique - entre autres - qu'on devra certainement selon là où ça s'arrête faire chambre commune avec la Ventouse pendant facile 2 mois.

 

Sauf qu'on dort très mal quand on pionce dans la même chambre, autant elle que nous.

 

Le beauf lui il entrera dans son appart tranquille tout propre tout fini en décembre, et nous on devra faire camping jusqu'en 2013, jusqu'à ce que mon beau père puisse revenir.

 

Je suis passablement ulcérée par cette situation. Diego lui, toujours bonne poire, ça l'embête mais pas plus que ça. 

 

Mon beau-père est gêné aussi car c'est pas évident, mais il trouve qu'il ne faut pas faire de préférence, qu'il ne peut pas faire attendre son fils ainé, qu'il ne peut pas en privilégier un plutôt que l'autre pour les travaux. Perso je trouve que c'est exactement ce qu'il fait.

 

C'est peut-être gamin hein, mais on a acheté avant, on s'était mis d'accord avant, on avait fait le planning avant et argument en pierres précieuses...on a un bébé. Donc merde, la justice serait qu'il finisse chez nous AVANT. Surtout que c'est qu'une question de quinzaine de jours si on s'y met à fond. MERDE, mon beauf il peut attendre quinze jours, chiasse et re-chiasse.

 

Ah et coup de pute de dernière minute, mon beauf devait venir les weekends pour nous aider à avancer (la moindre des choses), ben là il nous annonce qu'il ne pourra pas ! Il doit aider sa femme (étudiante) à faire son mémoire ! Mais le Diego lui, il passera TOUS les samedis à aider pour son appart ! Donc du temps en moins avec sa fille, et du temps en moins pour avancer vaille que vaille chez nous ! Putain mais il est trop gentil ça me soule (en même temps j'ai pas l'air comme ça mais je suis pareil, on est deux gros boulets qui nous faisons marcher dessus).

 

Je reste zen, je respire, ce qui me fait du bien c'est que même ma belle mère trouve que son fils a abusé...mais bon elle dira rien.

 

Le principal c'est qu'on ait notre foyer, on y sera bien, et dans quelques temps on repensera à tout ça juste agacé.

 

Gniiiiiii

 

gifle.jpg

 Je dirais que cette image occupe 81 % de mes pensées. Après y'a la Ventouse, l'apéro, et la joie d'avoir notre maison.

 

 

 

Repost 0
5 août 2012 7 05 /08 /août /2012 10:24

C'est pourtant pas compliqué. Nous allons déménager. Nous voulons nous faire plaisir et passer par des pros pour ne pas avoir à transpirer dans nos tee shirt décathlon.

 

NOUS VOULOIR DONNER ARGENT A SOCIETE DE DEMENAGEMENT.

 

Le deal semble hyper simple : tu viens chez nous évaluer le prix, tu me fais une devis, on choisir le grand gagnant, et le dit gagnant il encaisse un chèque pour faire son taf.

 

Ben putain, en fait c'est presque impossible.

 

J'ai contacté 4, oui 4 (quatre) sociétés de déménagement. On voulait faire du devis comparatif, histoire de pas se faire avoir quoi.

 

J'ai contacté un gros groupe, puis une petite boite à 10 bornes de chez moi.

 

Roule ma poule, rendez-vous pris avec le gros le vendredi 13 juillet à 9h, et le petit le même jour à 11h. Ce jour là il était prévu que je ne travaille pas. 

 

Le 12 au soir, j'ai un appel du gros. Je conduisais, je laisse sonner. Message sur mon répondeur : "oui bonjour, ici Maud, de la société Ducul, je vous appelle pour confirmer notre rendez-vous de demain, je passerai donc chez vous à 10h...patati patata".

 

Bon déjà ça a bougé de 1h mais passons.

 

Le lendemain, je vaque à mes occupations ventousiennes, le tél sonne à 9h30, je n'entends pas.

 

A 10h, il resonne, cette fois j'entends. C'est Maud. "Bonjour, je vous ai appelé hier et ce matin mais vous n'avez pas décroché...je souhaite m'assurer que vous êtes là car en ce moment avec les vacances, les gens ont tendance à prendre rendez-vous mais je trouve portes closes..."

 

O_O ...ah bon ? Bon je veux bien la croire hein, mais bon on a un rendez-vous rapidement, je me dit c'est chelou de prendre rendez-vous pour ensuite ne pas être là...Mais bon sur la Terre y'a du cinglé, pourquoi pas.

 

Sauf que ça aurait été mieux qu'hier soir elle me demande de la rappeler pour confirmer de vive voix quoi...sans ça ben je peux pas deviner. Là on est un peu l'heure à laquelle elle devait arriver, et du coup elle ne peut pas être là avant 10h45...et le second déménageur arrive à 11h/11h15.

 

Je la mets au jus, tout en précisant qu'à la base, le rendez-vous c'était 9h quand même. Elle lache dans un soupir un "oui je sais" tout gêné, genre en interne ya un blème récurrent avec la secrétaire.

 

Elle me propose de lui passer un coup de fil quand le second déménageur est parti, et elle rapplique. Je lui dit OK, mais à 14h tout doit être bouclé, on se casse en weekend.

 

11h...le second déménageur, le petit à côté de chez moi, n'est pas là. OK, il m'avait dit peut-être 11h15.

 

11h15...personne. Normal.

 

11h30...personne. Je commence à me poser questions...je fais dans ma tête le reste de la journée : il faudra que la Maud fasse le trajet, fasse son devis, faire manger la Ventouse, que je mange moi-même, que le Diego arrive, qu'on charge la voiture, et qu'à 14h on soit parti.

 

Ça pue.

 

11h45...personne bien sûr. Je suis un peu colère. Jé téléphone au petit déménageur. Ça sonne dans le vide. Répondeur. Je laisse un message rappelant notre rendez-vous de 11h/11h15, et je lui demande s'il compte venir un jour ou pas...je laisse mon numéro de téléphone.

 

Je peux te dire qu'aujourd'hui 5 août, j'attends encore son appel, et accessoirement ses excuses.

 

Niveau timing ça va être trop short, je rappelle Maud, je lui dit que ça va pas être possible aujourd'hui. Elle comprend, je la rappelle en début de semaine pour fixer un autre rendez-vous.

 

J'ai intérieurement le souhait que le déménageur arrive comme une fleur pour que je l'envoie chier, mais je ne le verrai jamais.

 

Dans ma tête, j'avais pourtant imaginé 2 scénarii possible :

 

- il m'appelle, je le poutre comme rarement j'ai poutré autrui. Jouissance. 

- il m'appelle, je ralouille histoire de, on refixe un rendez-vous. Et le jour J je suis pas là. Jouissance.

 

Je n'aurai jamais l'occas' de choisir.

 

BILAN : 1 demi journée, 2 rendez-vous, zéro devis.

 

affiche.jpg

 Alors règle n°1 : que le professionnel du déménagement se pointe au rendez-vous fixé avec le client. C'est un détail hein, mais ne pas venir, ça rend le client chafouin.

 

Heureusement qu'il était prévu de longue date que je bosse pas, sinon laisse tomber le merdier dans mon humeur d'habitude fort jouasse.

 

La semaine suivante, j'appelle Maud, plus 2 autres déménageurs.

 

Pas trop le choix, je pose une journée pour recevoir tout ce beau monde. Ça me laissera le temps de faires d'autres démarches administratives, la Ventouse sera chez la nounou.

 

Maud et un déménageur, qu'on appellera Pistache, viennent ce fameux jour. Le troisième déménageur ne peut pas, on prend rendez-vous pour le 2 août, à 9h. Je pose 1/2 journée supplémentaire.

 

Pistache vient, et à l'heure s'il vous plait. Très sympa mais pas trop (pas mielleux quoi, rien de plus insupportable), c'est un déménageur un vrai, avec le coup d'oeil et tout et tout, je t'avoue le contact passe bien. Il sait de quoi il parle, il a l'expérience.

 

Il me fait un devis plutôt pas mal, en dessous de ce à quoi on s'attendait.

 

Ensuite, Maud arrive. Heu tu vois Maud je la voyais un peu comme la routarde, genre elle bosse dans le métier même à distance, elle connait le business quoi.

 

Sauf que Maud, c'est juste une commerciale. Une putain de canon de commerciale. Elle doit avoir 26 ans, elle vient en petites sandalettes, pantacourt, un tee-shirt moulant Pepe Jeans, lunettes de soleil. Comme ça après le taf elle peut aller direct à la plage (Paris Plage bien sûr). Des yeux bleus de folie. Trop belle quoi.

 

 Salope.

 

maud.jpg

" Hou, il y a un léger courant d'air dans votre couloir ! Bon, combien de meubles dans la chambre ?"

 

Bon c'est vite torché hein. Elle sort juste son ordi, elle rentre tout dans des cases et tandaaaam, le prix sort. J'ai pas aimé ça. Ce côté rigide, distancié. Moi je veux une table en bois, un opinel, un type mal rasé, un crayon bic et une poignée de main fort viril. La bomba avec son auto bronzant tout partout qui sort son PC et qui clique non stop, je la fuck.

 

Là si tu me disais que mes hormones sont de parti pris, je te contredirais pas. 

 

Je suis une mamie au fond de moi, je préfère que le gars qui vient il connaisse le métier. Pistache pour lui 4 déménageurs suffisent. L'ordi de Maud lui dit qu'il en faut 5 (donc c'est plus cher)...

 

Au final, le devis de Maud est, tient toi à ton tampon... 600 € plus cher.

 

On a un vainqueur là nan ? Et un putain d'argument objectif : 600 € pour les mêmes prestations ! 

 

Ah bah non on n'a pas de vainqueur, il nous manque le tout dernier devis (tu suis pas avoue).

 

Forte de mon expérience avec le déménageur près de chez moi, mercredi 1er août, j'appelle au matin pour me faire confirmer le rendez-vous du lendemain. Je tombe sur la secrétaire. C'était le patron en personne qui devait passer chez moi. Là elle ne sait pas me confirmer le rendez-vous (??), il est à l'extérieur, on me rappelle en tout début d'après-midi.

 

Bien évidemment, personne ne me rappelle.

 

16h15, j'appelle donc. Ça tombe bien c'est fou le hasard, la secrétaire vient juste de parler au patron dis donc (fou nan ?) !! Et mince, ben ça va pas être possible pour demain. Vous comprenez ya un gars qui s'est blessé donc le patron doit le remplacer.

 

Assez froidement, je dis "Mais euh...Monsieur B, il avait à un moment l'intention de m'appeler, pour me prévenir ?"

 

Question con, la secrétaire tout confuse m'affirme bien sûr qu'il comptait m'appeler.

 

C'est ptet vrai, mais en fait je la crois pas une seconde. Toutes mes tripes hurlent au mensonge. Je pense qu'il n'en a rien à branler que les gens prennent une jourrnée et qu'ils vont l'attendre comme des cons, il vient pas et puis c'est tout.

 

La secrétaire a proposé de m'appeler jeudi ou vendredi pour fixer une autre date. Et personne ne m'a appelée. Si elle m'appelle dans la semaine (ce dont je doute), je l'envoie chier. 

 

Ce genre de comportement m'ulcère mais tu peux pas savoir. 

 

Comment on peut proposer un service, et faire vivre son activité, assurer ses rentrées d'argent, se faire une réputation, en se foutant de la gueule des potentiels clients à ce point ? En ayant aucun respect pour eux ? Et à quoi ressemble leur travail, on se le demande...

 

Le pire c'est que les deux enflures, c'était des petites boites, des trucs locaux quoi. Ben les trucs locaux je leur dis merde et du coup je vais signer le devis de la Pistache, qui appartient à une grosse société de déménagement connue à l'échelle nationale.

 

Pouet.

 

hummoes.jpg

 Bon après, si VRAIMENT, il faut 5 déménageurs.. c'est eux les pros hein, je m'incline (dans tous les sens du terme).

 

 

Repost 0
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 08:25

Je suis une maman zen. Je suis de nature peu anxieuse. Jsuis plus du genre à prendre la vie comme elle vient, et pis on verra bien.

 

Mais ya quand même un truc qui m'obsède presque depuis la naissance de la Ventouse.

 

J'ai nommé la Mort Subite du Nourrisson (MSN - rien à voir avec hotmail).

 

La MSN...espèce de grosse grosse salope sa mère la pute.

 

C'est un truc qui m'affole mais totalement. C'est l'injustice avec un grand I. Genre je découvre que la vie est injuste, mais que veux-tu je fais une fixette sur la MSN.

 

La Ventouse a dormi dans notre chambre ses trois premiers mois. J'y pensais, mais le fait qu'elle dorme avec nous m'apaisait. Et puis on a voulu la mettre dans sa chambre. Je me rappelle le premier soir on était tout péteux, et en fait au moment de la coucher on a changé d'avis, on a remis le couffin dans notre piaule. Des vraies gonzesses.

 

Quelques jours plus tard on s'est dit cette fois c'est bon. Elle a dormi dans sa chambre. J'ai passé la soirée à appréhender, à vouloir l'entendre bouger. J'avais peur pour elle. Peur qu'elle meure.

 

Bon ben, elle n'est pas morte hein, tu t'en doutes, sinon je ferais pas l'andouille sur ce blog depuis des mois.

 

Mais cette idée ne me quitte jamais totalement. Le matin, quand je me lève et que je me dirige vers sa chambre, il y a toujours une partie de moi qui a peur de ce qu'elle va trouver. Peur que pendant la nuit, la MSN soit venue me la prendre.

 

J'y pense aussi la journée, quand je la laisse chez la nounou. Mais beaucoup moins. La nuit est définitivement plus angoissante. 

 

Plus le temps passe, plus le risque s'éloigne...mais pour le moment il est toujours présent.

 

Et puis bien sûr si parfois tu souffres du syndrôme du neurone unique comme moi, tu vas lire un forum dédié à la MSN. Et tu pleures grave en lisant les témoignages.

 

C'est inconcevable. Rien que de penser à ces parents qui traversent ça. Personne putain, personne ne devrait trouver son bébé mort dans son lit alors que quelques heures avant tout allait bien, Bisounours et Petit Poney inside.

 

Rien que de m'imaginer ce que vivent ces parents...j'ai ce noeud dans la gorge, et ce goût de fer qui persiste. Je sais pas toi, moi quand je vis un truc un peu hard, j'ai un goût de fer qui me vient.

 

Je ne sais pas comment ces parents survivent. C'est une vraie question...je ne sais pas où ils trouvent la force. La vie doit être insupportable. 

 

Pour autant, je suis pas une obsédée des règles "sécuritaires", genre la chambre à toujours tant de degrés...en fait, je crois que la MSN est tellement fourbe, je me dis que je la provoque bien assez en y pensant si souvent. Si en plus je veille trop au grain, elle est foutu de prendre ça pour un défi la garce. Sa mère la pute.

 

Pour continuer sur la lancée de la superstition, j'ai toujours refusé qu'il y ait un quelconque ange dans sa chambre. Pas de dessin, pas d'image, de figurine, rien. Nan car quand tu traines comme moi sur les forums, tu sais qu'un ange, c'est un enfant décédé. Du coup en mettre un dans sa piaule, ç'aurait été dans mon cerveau un peu malade comme une invit' à en devenir un. Please n'appelle pas les Urgences Psychiatriques, on contrôle pas tout ce qui nous passe dans le cigare, tu le sais.

 

Donner la vie, c'est donner la mort, comme on dit...et ouais, il y a une certitude, c'est qu'un jour, ma Ventouse, elle va mourir. Et personne ne sait quand. Tant mieux hein, c'est ce qui fait aussi que la vie est si précieuse...mais putain ça te fout la vieille pression quand même.

 

Et c'est marrant (ouais trop fun quoi), j'ai maintenant très peur de mourir aussi...pas forcément pour moi, mais surtout car rendre ma fille orpheline de mère...ben ça aussi, ça m'inquiète. Pauvre bichette. 

 

Je ne sais pas si ma trouille va me passer...mais tu vois je suis enchainée à ma superstition moisie : faut pas que j'accorde trop d'importance à la MSN sinon elle va venir, mais faut pas que je l'ignore totalement, sinon elle va nous faucher en plein vol pour bien nous enfoncer. C'est le merdier tu reconnaitras.

 

Ne va surtout pas penser que j'essaie de te pourrir le groove du weekend, mais des fois tu sais, t'as des idées pas drôles qui t'encombrent alors faut les faire sortir.

 

worry.jpg

 

 

 

Repost 0
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 10:55

Tu vois, je bosse dans un quartier un poil craignos. Ça  me ferait flipper d'élever mes gosses là. Toutefois c'est surtout la nuit que ça pue. De jour il se passe pas grand chose, mais le matin on voit parfois les vestiges de l'activité nocturne. 

 

 

emeute.jpg

 Parking de mon boulot, une nuit ordinaire.

 

Pour te donner un exemple concret, il y a un peu plus d'un an, sur le parking (public) de mon travail, une voiture a été brûlée. Avec quelqu'un dedans. Je ne sais pas s'il était mort ou vivant au début de l'incendie (perso je préfère la première proposition pour mieux dormir), ce que je sais c'est que c'était un "marginal" qui vivait dans sa caisse.

 

Les fenêtres de mon service donne sur le dit parking où moi, mes collègues et les gens lambda se garent.

 

Hier vers 15h, on voit 2 groupes de jeunes d'environ 18/20 ans. Ça parle fort, ça n'a pas pas l'air de se dire des mots d'amour. Deux types, probablement les leaders de chaque groupe, font des grands mouvements avec les bras, se tournent autour, puis l'un pousse l'autre en gueulant, l'autre fait pareil, et ça repart dans les grands moulinets avec les bras.

 

On dirait un documentaire animalier. On pourrait d'ailleurs leur foutre des plumes au cul pour que ça fasse plus vrai.

 

Par contre, ça ne semble pas menacer de partir en guerre totale, car les membres de chaque groupe empêchent (un peu mollement mais bon l'intention est là) leur leader d'aller mordre mettre une droite à l'autre.

 

Au bout d'un moment, l'un des deux groupes s'en va (vaincu ?). Sage décision, me dis-je.

 

Mais le leader du groupe resté sur le parking semble cette fois s'en prendre à l'une de ses ouailles. En l'occurence une jeune fille, qui s'accroche à son sac comme à une bouée.

 

Il lui gueule dessus, avance vers elle. Elle recule, fait le tour des voitures pour l'éviter. Une copine à elle, qui me semble d'ailleurs enceinte, tente de calmer le type. Le reste du groupe ne parle pas. Même, il s'éloigne.

 

Là au boulot on se marre plus, on commence surtout à baliser un peu.

 

Et d'un coup, on voit la jeune fille se baisser, genre position semi foetale. Et le mec, il lui chope la tignasse et la tire violemment vers elle.

 

On se regarde avec les collègues "c'est bon c'est allé trop loin on appelle la Police."

 

Une connasse collègue d'un autre service, qui était de passage et que personne peut blairer (à juste titre) dit que ce n'est rien et que de toutes façons la fille, ben elle n'a qu'à s'en aller. Niveau psychologie zéro, c'est bien connu, face à de la violence, "y'a qu'à."

 

Pendant qu'on se consterne sur la collègue, ça y est, le gars a filé une beigne à la fille. Hop, je compose le 17, tout comme une collègue dans un autre bureau d'ailleurs. De l'autre côté, l'agent de Police me demande où je suis, me demande de décrire l'agresseur. "Blanc ? de type africain ? nord-africain ?" "Je sais pas !" que je réponds. "Il est à l'autre bout du parking et il est à l'ombre !" Je décris ses fringues. Je décris aussi la jeune fille.

 

On me dit qu'on envoie quelqu'un. "S'il y a du sang, appelez les pompiers."

 

Note à moi-même : si un jour  t'es agressée, c'est mieux d'y mettre du tien, niveau hémoglobine. Si t'as tes règles, trouve une parade pour t'en servir.

 

Pour info, le Poste de Police est à ...hof, on va grossir le trait...100 mètres. Les flics ont mis QUINZE PUTAIN DE MINUTES.

 

C'est long, 15 minutes. Presque un épisode d' How I Met Your Mother. T'as le temps de crever hein. La jeune fille était assise sur une espèce de grosse pierre jalonnant le parking. Elle regardait par terre. Le gars l'engueulait, et de temps à autre, lui filait non pas une beigne, mais une pichenette. Ceci grâce à un commerçant du coin, un gars bien costaud, qui a déboulé et lui a vraisemblablement dit de se calmer.

 

Les flics ont fini par arriver. Deux à l'avant de la voiture, un derrière. Il se sont arrêtés sur le parking. Ils ont demandé au mec de se pointer. Il est arrivé tranquille, s'est accoudé à la fenêtre de la voiture. Ils ont parlé pendant environ 72 secondes.

 

gentil.jpg

 Oh Oh, mon garçon, arrête de taquiner ta petite copine voyons ! Ça n'est pas très gentil !

 

Et ils sont repartis.  Oui oui, je parle des policiers.

 

Franchement, on était atterrées. Alors OK, ils n'ont pas de baguette magique, les flics (t'as vu je te fais de la rimaille). OK, c'est pas un film américain, ils allaient pas le plaquer sur le capot de la voiture et l'envoyer en taule.

 

Je suppose qu'ils ont helé la jeune fille de loin, qu'il lui ont demandé en gros si y'avait un blème, et qu'elle a dit non (même si sa tronche - langage corporel putain - devait hurler que oui, y'a comme un blème)....et que si elle a dit que tout allait bien, ils ne peuvaient rien faire...

 

Mais quand même...chai pas moi, un ptit contrôle des papiers ?

 

Au moins, AU MOINS, ils auraient pu sortir de la voiture. Déjà pour pas passer pour des grosses flemmasses, mais aussi histoire de mettre un pti coup de pression au mec. Ils auraient pu aller parler à la jeune fille, face à face, yeux dans les yeux. Elle aurait sûrement maintenu que tout allait bien mais symboliquement, qu'ils soient sortis de leur caisse, qu'ils soient physiquement près d'elle, qu'ils aillent JUSQU'A ELLE, je pense que ça aurait été important.

 

Pour montrer qu'ils étaient quand même là, qu'ils pouvaient se bouger, qu'ils prenaient en compte ses paroles, son regard, elle quoi.

 

Ben non, ils sont restés le cul sur le fauteuil de leur belle voiture de Police, ils se sont adressés principalement à lui (voire en totalité), et ils se sont barrés aussi sec.

 

Moi je serais la fille, je me dirais qu'à l'avenir, ben c'est sa parole à lui qui aura de l'importance, et que les flics, ils pourront pas m'aider. Que même pour eux, je compte pas vraiment.

 

Mais bon c'est sans doute mon interprétation perso hein.

 

 

pistolet.jpg

 Moi en maman chat, si on touche à ma Ventouse

 

 

 

Repost 0

Ma Vie...euh Bah C'est Déjà Bien

  • : Le Rutilant Blog de Kisbuel
  • Le Rutilant Blog de Kisbuel
  • : Comme on dit, je suis primi. Voilà voilà voilà...
  • Contact

Mon Profil Mais Je Suis Mieux De Face

  • Kisbuel
  • En couple, 30 ans, je chausse du 39.
J'aime la charcuterie, le moelleux, l'odeur de l'eau de rose et notre maison même si là elle ressemble à rien avec les travaux.
Mais surtout j'ai une petite fille née en juillet 2011. Quand même.
  • En couple, 30 ans, je chausse du 39. J'aime la charcuterie, le moelleux, l'odeur de l'eau de rose et notre maison même si là elle ressemble à rien avec les travaux. Mais surtout j'ai une petite fille née en juillet 2011. Quand même.

Ma Page sur Hellocoton

Facebookisons

...ou pas.

J'avais créé une page facebook, mais en fait ça me saoule grave. Du coup je l'ai supprimée, on va pas se rajouter des trucs chiants non plus.