Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 août 2012 2 07 /08 /août /2012 11:00

Le Diego et moi, on s'est connu sur un site de rencontres. Crois-moi qu'à l'époque, c'était la honte. Genre ma pauvre tu es obligée de passer par le virtuel t'es même pas foutue de rencontrer quelqu'un dans la vraie vie. Une chenille poilue et obèse aurait plus de classe en fait.

 

Ma théorie perso, c'est que les gens confondent rencontrer quelqu'un sur le net et entretenir une histoire d'amour avec quelqu'un sur le net.

 

Pour moi internet, c'est un mode de communication, et oui, c'est un mode de rencontre. Différent en effet que de se mater d'une table à l'autre dans un café. Mais pourquoi ça aurait plus de valeur ? Oui il n'y a pas le côté charnel, oui pour le coup il y a vachement moins de gestuel...Mais il y a autre chose...Se découvrir par des mots lus, se faire rire, se confier un peu, avoir hâte d'ouvrir sa boite mail le soir, se raconter et il est vrai en ce qui nous concerne, le but était surtout de se faire marrer (moi un type me fait rire et 2 secondes après il peut me faire tout ce qu'il veut).

 

15 jours après s'être envoyés une tonne de mails, on s'est rencontrés. Et on s'est plu.

 

Figure toi que la garce que je suis courais derrière deux lapins (j'ai pas dit derrière deux pines). J'ai rencontré Diego en chair et en os avec ses deux mètres (de taille de corps hein, toujours) un samedi, et le lendemain je devais faire connaissance avec un autre mec avec qui je causais plus ou moins. Avec le deuxième zigoto, on était sur la même longueur d'ondes niveau prise de tête philosophico-jeveuxchangerlemonde, il était grave beau gosse...mais franchement il ne me faisait pas spécialement rire.

 

Une fois le rendez-vous fini avec Diego, je l'avais mauvaise car il me plaisait le bougre...et à cet instant, le 2e rencard m'appelle pour annuler, il est coincé chez sa tante ou je ne sais quoi. J'ai pris ça comme un signe du destin et j'ai rappelé illico Diego pour qu'on se revoie le dimanche.

 

Rajoute à ça que le dit lendemain, ma grand-mère est morte ce qui pour tout un tas de raisons compliquées nous a permis de nous voir beaucoup les jours qui ont suivi, et les phéromones ont fait leur taf. (PS ne soit pas désolée pour ma grand mère c'était une sacrée peau de vache qui a fait beaucoup de mal à beaucoup de personnes de son vivant, mais aussi au delà du trépas).

 

Avec lui je me suis toujours sentie bien, il est mon homme et mon meilleur pote, j'ai toujours pu être moi-même. Je trouve qu'il change de beaucoup d'hommes car dans bien des aspects il ne veut pas cacher sa sensibilité. C'est pas un gros tas de testostérone quoi.

 

Les femmes n'ont pas été très sympatoches avec lui, ce qui fait qu'il "sait" ce que ça veut dire être jeté comme une merde...alors il ne le fera jamais.

 

Crois moi qu'on s'est installé ensemble fissa. On pouvait plus se quitter, genre les 2 ados quoi.

 

Il m'a littéralement entretenue quand j'ai repris mes études, il me l'a longtemps caché mais pendant un temps il a grave été dans la merde financièrement à cause de ça..et pourtant il m'a payé un aller-retour à la Réunion car il y était invité à un mariage et pour lui il était hors de question d'y aller sans moi.

 

La seule (grosse) merde au tableau, c'est sa famille, TRES envahissante, avec un père qui a un fond dépressif qu'il cache sous un autoritarisme très violent, qui a la main mise sur sa femme et ses enfants...dont mon Diego, qui lutte pour s'affirmer en tant qu'adulte avec ses propres choix, mais qui n'y parvient pas toujours et qui parfois (souvent) redevient un petit garçon obéissant à son père...

 

C'est un excellent père, gaga et très complice avec sa fille, bon il l'habille à l'envers (soupir), mais il est plus patient que moi globalement. Il joue pas mal avec elle et je le soupçonne de kiffer jouer à la poupée, jeu qu'il n'aurait grand dieu jamais pu ne serait-ce que toucher dans son jeune temps, tu vois son père veillait au grain, c'est pas une tapette son fils.

 

Je t'avoue quand même que la poupée se bastonne assez souvent avec la marmotte en peluche, mais passons.

 

Il m'a demandé en mariage à Venise il y a quelques années dans les poubelles derrière un restaurant qui pue. Une demande qui nous ressemble, on peut pas blairer les demandes genou à terre en public, une rose à la main... C'était pour la déconne...mais pas tant que ça.

 

Nous ne sommes pas mariés, nous ne le voulons pas DU TOUT pour le moment. Ma raison première c'est que je ne veux pas que nos familles fassent connaissance, c'est juste totalement inconcevable pour moi.

 

C'est un billet assez décousu (putain j'ai pas le moral acheter une maison c'est la MERDE), mais il y a 7 ans, le Diego me volait un baiser sur le quai du RER à Châtelet les Halles, et ce matin il m'en a volé un quand je finissais d'installer la Ventouse dans la voiture.

 

Il parait que 7 ans c'est un cap critique...moi je dis chiche, on le passe facile.

 

coeur.jpg

 

 Un coeur en bretzel...putain il me le faut.

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2012 3 25 /07 /juillet /2012 11:05

Laisse - moi donc te conter mon aventure acrobranchienne, sur un ton un peu particulier.

 

Samedi, j'avais rendez-vous avec mes copines. Le but ? Se marrer et se foutre un peu les miquettes. Aller au bout de ses limites comme ils disent tout le temps dans Koh Lanta.

 

Je crois en mon potentiel d'aventurière. Je m'installe, je teste le parcours initiatique. Au début, trop facile, je gère la fougère. Je mousquetonne et remousquetonne avec une grande sensualité. Je déambule sur un fil 50 centimètres au dessus du sol. Le Monde m'appartient. Ma seule déception est d'être affublée d'un harnais orange. Peux pas blairer le orange

 

Et puis vient le moment de la liane. Nan mais ça va aller, c'est pas une nana comme moi qui va se laisser abattre. Je mousquetonne, j'agrippe la corde, je me lance...et comme si c'était une découverte, je vois que je n'ai aucune force dans les bras. Un vieux morceau de persil aurait plus de tonus. Ouais, au casino de la vie, j'ai gagné des bras sans muscle. Par contre je bronze assez facilement, et j'ai vite l'air d'une bonne brioche dorée. On peut pas tout avoir. 

 

C'est pas grave, il me faut juste le temps de m'habituer. Au fond de moi, mon sens de l'équilibre montrera qu'il est le champion.

 

Nous nous lançons avec les cop', dans le parcours simple, au milieu/bas en terme de difficulté.

 

Putain c'est haut. Imagine ma belle, tu es un lion. Ici c'est TA savane. Ça tombe bien à peine arrivée sur la plateforme qui entoure l'arbre, tu te mets à 4 pattes. Aucune dignité. Que dalle. La premier passage est une tyrolienne. Tu vérifies 14 000 fois que tu es bien attachée. ta copine t'exhortes avec moultance à te lancer, telle un sergent major sous vaseline.  Et tu kiffes la tyrolienne. 

 

Tu passes les épreuves une à une. Tu prends environ 57 minutes pour parcourir 20 mètres. Derrière toi , il y a vraisemblablement un petit écolier de 7 ans qui est plus doué que toi. Il te fait remarquer que tu es lente. Avec ses potes, le gamin semble revivre la grande récré quotidienne de 12h30. C'est pénible pour ton ego.

 

Toi, tu dois respirer pour ne pas paniquer. Et puis au fil du temps, tu prends confiance. Tu regardes droit devant. Admire le camaïeu de verts qui t'entoure... Tu n'es que puma. Tu avances telle le chat sur le portail de grand-mère.

 

Et là...ce que tu redoutes arrive. Une putain de liane. En dessous, un truc genre 1235 mètres. Ou 7. en tout cas, un précipice. Le prochain arbre est à 15 mètres. Donc là concrètement, on attend de toi que tu chopes la corde, que tu te lances dans le vide, que tu parcours les 15 mètres accrochée (autant aller sur Mars quoi), et que tu atteignes l'autre arbre. Merdier total

 

C'est quand même hyper rustique, y'a pas plutôt un escalator ? Même le président, qui se veut proche du peuple, il prendrait un escalator nan ? 

 

Mais t'as pas le choix. Cette plate forme, c'est ton désert, et de l'autre côté, y'a l'oasis, à savoir que la putain de liane soit derrière toi.

 

Tu attends le feu vert (= l'envie d'en finir), et tu sautes. Oui on peut dire sauter, car sauter et agripper la liane, c'est du pareil au même. Le résultat est similaire : tu tombes. 

 

Oui, tu as laché la liane. Mais à dire vrai, t'as même pas le temps de te sentir tomber que le harnais de sécurité te retient. Par la fouf'. Tu es heureuse de ne pas avoir eu d'épisiotomie, car sinon tu le sais, elle aurait laché elle aussi. Tu pendouilles donc, et tu es coincée. Avec l'élan, tu es arrivée à l'autre arbre, mais impossible de te hisser. Tu es un mammouth pathétique. Ta copine qui est passée avant toi veut se la jouer grand prince, et tente de te remonter genre Lara Croft. Elle échoue. Mais la tentative est honorable faut admettre.

 

Une autre copine lance le signal qu'il y a quelqu'un dans la merde, très subtilement : "hé ho, s'il vous plait, ma copine est coincée !!"

 

Honte.

 

Le type t'apporte une échelle, tu montes, tu le remercies de ta voix cristaline teintée d'effort surhumain, et on continue le véritable décathlon dans lequel tu t'es engagée.  

 

Tu réalises que tu es plus à l'aise quand il y a surtout de l'équilibre, mais dès qu'il faut allier équilibre et force, tu es une grosse merde, y'a pas à tortiller. Tu as lu quelque part que faut pas forcer gnagna, TOUT est question d'équilibre pouet pouet, n'empêche que si.

 

ecu.jpg

Ouais mais toi tu triches t'es un écureuil. Ça compte pas. 

 

 

Le parcours se termine, ouf il n'y a plus de liane, mais nous terminons par le seul véritable trésor de l'acrobranche : la tyrolienne. Tu es aussi zen que le lotus, tu te propulses, tu te sens comme chez toi dans cette véritable maison verte, et un peu comme l'autre là, le gaulois qui vivait dans les arbres, Assurancetourix.

 

Ça y est, tu as mis pied à terre ! Tu fais un pas, et là tu compatis avec le jockey qui démarre sa carrière, car juste tu as l'impression d'avoir pris un magnum dans le cul.

 

Après, avec tes copines tu fais le parcours poussin (4-6 ans)...et en fait même là, avec la liane qui est pourtant pourvue d'un anneau pour le pied, ben tu fais pas la fière, et même tu te claques un muscle du bras.

 

C'était donc pas inutile : tu as découvert que tu avais au moins UN muscle au bras.

 

Cela fait maintenant 5 jours que tu te shootes à l'arnica.

 

...................................

 

Certains mots qui sont aussi des noms de marque ce sont glissés dans mon texte, sauras-tu les retrouver ?

 

Je me suis lancée dans cet exercice de style suite à un gros relou que je ne nommerai pas (vais pas lui faire sa pub non plus) qui m'a expressement demandé de changer le titre d'un de mes billets car les termes employés sont aussi ceux de sa marque, et de son commerce. Sauf que les termes de sa marque, ben c'est des mots quoi, donc si à chaque mot faut vérifier que ce n'est pas aussi une marque, j'ai envie de te dire tout le monde ferme sa goule.

 

Je tiens quand même à préciser que cette personne ne s'est jamais montrée agressive dans ses propos, elle m'a juste dit que je n'avais pas le droit d'utiliser sa marque, et si je laissais mon titre comme ça je m'engageais à des poursuites.

 

Bon déjà, c'est lui qui s'engage, moi je m'expose à la limite, mais passons.

 

Cette personne d'une part confond emploi et utilisation, d'autre part après plusieurs recherches sur un site officiel, il s'avère que si si, j'ai parfaitement le droit de citer ces termes (et honnêtement je ne savais pas - et ne pouvais pas savoir - que c'était le nom d'une marque déposée).

 

Même j'aurais le droit d'ouvrir un magasin qui porte le même nom, à condition que ça ne soit pas dans le même secteur d'activité, et que ça ne créé pas de confusion pour les gens.

 

Donc tu penses bien qu'un pauvre titre de billet sur un blog qui n'a rien à voir avec son activité commerciale, bien sûr que je peux tout simplement m'exprimer en employant les mots de mon choix, marque ou pas marque.

 

Mais si jamais - sait-on jamais - je venais à me gourrer, ben tu vois je donne ici l'occasion à plein de marques de me foutre un procès au cul pour avoir cité leur nom sans leur accord.

 

Même pas peur.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
13 juillet 2012 5 13 /07 /juillet /2012 11:07

Oui parce que bon, là je signale qu'on n'est pas aidées.

 

Ah oui, l'homme est plein de bonne volonté.

 

L'homme en général ne vit plus comme son aïeul et participe aux tâches ménagères.

 

L'homme s'intéresse à son bébé. Même il change les couches.

 

L'homme est un brave bougre au fond de lui.

 

Le problème, c'est la surface de lui. Et pas de bol, t'es surtout en contact avec la surface finalement.

 

Alors je sais, on est égaux mais ils sont pas comme nous, il faut faire face à des siècles de culture inconsciente où le mâle ne s'occupait point de sa descendance, mais partait travailler (lui) pour rapporter ripaille à son entretenue épouse et leurs héritiers.

 

Mais quand même. Y'a du boulet. Bouletbouletbouletboulet.

 

Un grand homme a dit un jour (mais je sais pas qui me fait pas chier) "Donne un poisson à un homme, il mangera un jour. Apprend-lui à pêcher, il mangera toute sa vie."

 

Mais que c'est beau. Le genre de phrase qui pénètre (huhu) ton esprit et te laisse en pleine réflexion métaphysique. Tu te dis que putain c'est trop vrai, et que c'est une belle leçon de vie.

 

Sauf que c'est des conneries, ça marche pas. Ou alors juste avec la bouffe. Oui parce que j'ai dans l'idée que "Donne une bière à un homme, il prendra l'apéro. Montre-lui le bac à bières, il prendra l'apéro toute sa vie", ça doit marcher.

 

Mais allons au delà, au fond des choses, et là on voit que c'est de la merde.

 

Oui parce que voilà là où ça bloque sévère :

 

"Donne un body à un homme, il habillera ton enfant pour une journée. Montre le lui le putain de tiroir à bodies..."

 

Et c'est là où je veux en venir. Là fin est imanquablement "...et le lendemain il te demandera encore où il peut en trouver un."

 

L'homme donne parfois envie de le taper.

 

affiche-perdu-retrouve.jpg

 Mais qu'est-ce qu'il fout là le con, il a paumé quoi encore ? Si jeune et déjà un boulet. Consternation.

 

 

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2012 2 03 /07 /juillet /2012 21:35

Lundi, j'avais rendez-vous chez le pédiatre pour ma Ventouse, sa visite des un an. Vu qu'on va déménager, c'était la dernière fois. Ben putain, je m'en souviendrai.

 

Je t'explique.

 

J'habite dans une ville. Mon taf est loin au Nord de cette ville. Le pédiatre est mi-loin de cette ville, au Sud.

 

J'avais pris le rendez-vous à 16h30 et en femme Barbara Gould, j'avais tout bien anticipé. J'avais bien prévu de partir en avance du taf, j'avais tout bien calé, avec une marge horaire comme il se doit.

 

En arrivant chez la nounou, j'aurais dû sentir le vent de la loose et rentrer me coucher, mais que veux-tu je suis une optimiste. En arrivant chez ma nounou donc, je me suis retrouvée bloquée par une dépanneuse qui venait chercher une épave voiture abandonnée depuis moults mois et qui git en face de mon ass' mat'.  Il a fallu qu'elle vienne PILE le jour et l'heure où j'arrive tu noteras.

 

J'ai été obligée de me garer comme un rat crevé avec 17000 manoeuvres, ça m'a grave fait pester. "Fait chier bordel de ma bite" furent mes exacts mots.

 

En partance de chez ma salariée (ouais ça fait trop CAC 40 de dire ça je fais partie du patronat), j'ai suivi les paroles d'Evangile du GPS qui m'a donc fait emprunter une autoroute payante.

 

Stress.

 

Un péage, c'est pour moi comme être serveuse. C'est quelque chose d'insurmontable, tu peux pas savoir ça me fout dans un état d'appréhension à la limite de l'hystérie. Je suis toujours trop loin du machin qui délivre le ticket, je me luxe le dos en tendant le bras à fond, ou alors je dois sortir mais prise par la pression du véhicule derrière qui attend, j'oublie toute commande et je cale comme une merde.

 

Angoisse.

 

J'ai respiré bien fort. Heureusement à cette heure ci y'avait 3 poilus sur la route, j'ai pris mon temps et j'ai amorcé mon approche à 0.5 cm/h, ce qui m'a permis d'être à la bonne distance de l'appareil. Dignité, je me drape dans ta chevelure argentée.

 

Je réalise que je n'ai pas beaucoup d'essence, voire presque plus, mais bon, ça devrait le faire, je ferai le plein en repartant.

 

16h15 : j'arrive à Fion-Tamère, ma destination. Plus qu'à se rendre au cabinet, trouver une place, et roule ma poule.

 

Sauf que. Sauf qu'il y a des travaux dans le quartier du pédiatre, qui est aussi le quartier de la gare. Et une PUTAIN de déviation.

 

Je ne connais pas du tout Fion-Tamère, mais mon GPS mon précieux devrait m'y conduire. 

 

La déviation semble me faire faire un détour d'un milliard de kilomètres. J'ai les yeux rivés sur la jauge d'essence, puis sur l'horloge. Je me sens comme prise à la gorge.

 

La Ventouse choisit ce moment pour commencer à manifester son impatience en hurlant comme un putois slave.

 

Je suis agacée.

 

Il est 16h23. Je vois une file immense de voitures, et ça ralentit sévère.

 

OH.jpg

16h23, le moment où je me rends compte que le reste de ma journée ne sera que diarrhée de bouton d'acnée sur son lit de courgettes sauce pus gangréné. 

 

Ça n'avance plus.

 

La Ventouse hurle.

 

Il est 16h28. On n'avance pas.

 

La Ventouse hurle.

 

Je décide de quitter la file d'attente et de tenter de prendre cette rue, là, à gauche. Le GPS ma bonne étoile, me guide.

 

La Ventouse hurle.

 

Je supplie ma jauge de ne pas trop descendre.

 

Il est 16h31.

 

La Ventouse hurle.

 

J'arrive au niveau de la gare, mais pas du bon côté, la rue avec le cabinet du pédiatre est de l'autre côté des rails il me semble.

 

Ça n'avance plus.

 

Je pète un cable, je demande à la Ventouse de se taire en augmentant très légèrement les decibels produits.

 

La Ventouse s'arrête net. Et puis hurle encore plus fort qu'avant, alors que je croyais pas ça possible.

 

bbmi.jpg"Ton bébé est mignon, ton bébé est mignon, pense à un bébé mignon, tu n'entends rien, ton bébé n'est que mignonetteté." 

 

il est 16h33. J'appelle Diego. Je lui demande de prévenir de mon retard, lui explique les travaux toussa. Il m'envoie ensuite un sms, il parait que tout le monde est à la bourre.

 

Ça n'avance pas. Et c'est pas une métaphore hein, je ne bouge pas d'un centimètre.

 

Intérieurement, c'est Kaboul. C'est quoi cette gestion des travaux de merde de mes couilles ? Je vois au loin que les gens passent n'importe comment, c'est la jungle.

 

Il est 16h37.

 

La Ventouse hurle.

 

J'ai envie de pleurer. J'ai envie de laisser tomber, de rentrer à la maison tant pis. Oui mais je sais même pas comment on sort de là. Et puis il faudra revenir si je capitule. Et ça, plus jamais.

 

Je suis énervée. J'ai presque plus d'essence. Je ne comprends rien à ce qui se passe.

 

champi.jpg

"Pfiou Germaine, c'est que ça dure les travaux en centre ville !"

 

Et puis merde tiens. C'est mon Vietnam. je déboite, je double, et prend une rue sur la gauche (gauche, toujours à gauche) en passant sur la voie des gens qui viennent en face. T'inquiète Raymonde, la visibilité était bonne.

 

Tant pis fucking shit, je me gare à l'arrache. On ira à pieds la Ventouse, même si je suis pas bien sûre d'où on se situe.

 

Il est 16h46.

 

Je déplie la poussette. La Ventouse est rouge écarlate et toute mouillée de larmes. Je prends le temps de la bisouiller et de m'excuser de lui avoir beuglé dessus l'avoir légèrement houspillée.

 

Allez on y va. Je suis victorieuse, j'avance telle Barbara (Gould) qui se rendrait au Business Meeting de 8h30 en liaison avec Tokyo.

 

J'arrive au passage à niveau. Et là, je pige.

 

Tout ce merdier, c''était pas QUE à cause des travaux. La barrière censée empêcher les voitures de passer est cassée en position fermée.

 

Sécurité oblige, personne ne passe, ni voiture, ni piéton. Bon alors piéton c'est un peu abusé, car de toutes façons tous les trains étaient bloqués.

 

Mais bon je suis du genre obéissant, alors je moufte pas. Sauf que...comment je vais passer de l'autre côté PUTAIN ?

 

Je me dis qu'à la gare, il doit y avoir un passage souterrain. Alors zou, je m'engage sur le quai. Je cherche des yeux un ascenseur....

 

Ben fuck les mamans les mamies les handicapés, y'en n'a pas.

 

Je m'approche des escaliers. On dirait un gouffre. Et comment te dire ... les escaliers avec une poussette, tu vois pour moi c'est un peu comme être serveuse.  C'est quelque chose d'insurmontable, tu peux pas savoir ça me fout dans un état d'appréhension à la limite de l'hystérie (oui, ça aussi. Et puis les légumes verts). J'ai toujours pris grand soin d'éviter cette épreuve.

 

Il est 16h54.

 

T'inquiète que j'ai même pas essayé, j'ai chopé le premier jeune adulte qui passait par là, et je l'ai exhorté à venir en aide à la pauvre femme que je suis.

 

Ben le gueux, il s'est pas fait prier. Et même qu'une fois les marches descendues, il m'a proposée de m'aider à remonter les marche suivantes pour sortir du gouffre.

 

Alors merde hein, on dit les jeunes ça respecte rien, n'empêche que c'est pas un jeune qui essaie toujours de te gruger la place chez le marchand de fruits et légumes du marché hein.

 

Merci le jeune.

 

Le périple suivant fut celui de traverser la route, alors que c'était l'anarchie totale, des gens agacés (les gens n'ont aucune patience c'est dingue quand même), qui doublent n'importe comment avec un vieux coup d'accélérateur...Je t'avoue là j'ai failli me faire envoler la Ventouse j'ai eu la peur de ma vie, après je faisais plein de signes avec les mains pour être sûre que les cons gens allaient nous laisser passer. 

 

Je suis arrivée chez le pédiatre à 17h03, en sueur, toute rouge, et le Ventouse n'était pas dans un état beaucoup plus glorieux. Toute perturbée, elle a hurlé aussi avec le pédiatre, et j'ai eu bien du mal à nous la consoler.

 

En repartant, le passage à niveau était réparé, le circulation redevenue fluide, donc en fait c'était juste pour bibi, l'Univers il a voulu me la mettre bien profond.

 

J'ai trouvé une station Total en repartant, j'ai dépucelé ma voiture avec du Diesel Premium vu que y'avait que ça, et nous sommes rentrées. Curieusement, la Ventouse était de trop bonne humeur sur le trajet, elle chantait c'est meugnon tout plein. Elle devait être shootée par le patch Emla et le vaccin. 

 

L'Univers, ben je t'emmerde.

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 16:14

Tu l'avais très certainement noté dans ton agenda : aujourd'hui 30 juin, je devais écarter les cuisses. C'est chose faite.

 

Je peux te dire que ça commençait mal. Pour que tu piges, laisse moi te flash-backer la goule :

 

Nous sommes fin mai. Diego m'informe que des potes l'invitent le samedi 30 juin. Je niettise sa requête, rapport au fait que j'ai rendez-vous chez la gyneco, rendez-vous que je repousse dans ma tête depuis des mois, alors maintenant que c'est fait c'est gravé dans le marbre. Et il faut quelqu'un pour garder la Ventouse.

 

"Tu peux pas la prendre avec toi pour ta consult' ?"

 

Ouais, faut bien être un mec pour avoir ce genre de remarques. Je lui ai signifié que NON, prendre ton bébé d'un an pour une consultation gyneco, c'est en ce qui te concerne pas une option envisageable alors que le bébé a un père qui n'est pas dans le coma.

 

Diego a plié.

 

Depuis lundi, Diego se sent pas bien. Par respect pour son intimité sanitaire, je vais pas te dire ce qu'il a. Mais juste, c'est dans son karma, une fois par an il te développe une pathologie de derrière les fagots qui ne ressemble à rien, qui est rare, la pathologie qui prête limite à rire en fait. Donc par respect, je te dirai pas ce qu'il a, juste je te dit que ça touche la moitié inférieure de son corps d'athlète. J'AI RIEN DIT TU ES TEMOIN.

 

Il est allé voir le doc, ce dernier a fait son diagnostic, et puis il lui a filé son traitement.

 

Ce matin, 30 juin, il se sent grave pas bien du tout. Il appelle le médecin. Ce dernier lui donne un conseil, et si avec ce conseil ça va pas mieux (j'aimerais bien être dans ta tête voir ce que tu imagines là), il doit venir en consult'.

 

Sauf que le doc ne reçoit que pile au moment où je dois être chez la gyneco. Tu vois le truc ? Ouais, j'étais mais purement en train de me faire enfler. Avec ses yeux fatigués, il a joué la carte de la victime "nan mais t'inquiètes je vais emmener la Ventouse avec moi"...ouais c'est ça, attendre 2h dans la salle d'attente avec des gens malades et toi qui pardon ressemble à un poireau fletri, trop bien.

 

Donc je me suis sacrifiée. Et ça me faisait chier tu peux pas savoir.

 

Et puis en fait, ben le conseil a fonctionné, le Diego se sentait mieux, la Ventouse roupillait, alors ouf, je suis partie en solo.

 

J'ai eu du mal à trouver le cabinet de la gyneco, j'ai erré un moment, mais j'ai trouvé, tout en me répétant mon mantra "si elle te fait chier avec l'allaitement, tu la poutres, si elle te fait chier avec l'allaitement, tu la poutres."

 

Laisse moi te dire que sa salle d'attente était particulièrement confortable. Depuis mon Iphone, j'ai surfé sur le net tranquille Basile.

 

Des fois chez le gyneco, quand celle d'avant moi sort, j'ai envie de la montrer du doigt et de dire "bouuuuh, je sais que t'as montré ta fouf !" Mais je le fais pas, j'essaie d'être mature. 

 

A un moment, la Vérité s'est imposée à moi : être gyneco, c'est un des pires métiers du monde. Une dame est entrée et s'est installée dans la salle d'attente. Elle avait...hof à la louche je dirais 73 ans. Est-ce que tu peux faire un effort cérébral et imaginer comment c'est sous sa robe fortement fleurie ? La mamie, elle s'est assise dans le canapé, mais il était trop mou, alors elle a voulu changer de place, mais elle était comme incrustée dans le coussin et elle ne parvenait pas à s'en extraire. Une dame a du faire levier lui donner la main pour qu'elle puisse se lever.

 

Après, la mamie s'est assise dans un fauteuil. Environ 4 minutes plus tard, elle RONFLAIT !

 

Je trouve les vieux formidables.

 

Bon c'est à mon tour. Petit entretien pour se connaitre, et ça y est, la question fatidique approche :

 

" - Vous avez allaité ?

- J'allaite toujours..."

 

Je suis au taquet, chaque parcelle de mon être est au taquet, je ne suis que taquet. Et là, la fourbe, elle balance son venin :

 

"- oh ! c'est bien !"

 

...

 

Comment ça, c'est "bien" ? Putain mais me laisse pas comme ça, ça fait plus d'un mois que je m'auto coatche ! Allez, balance, dis moi que ça sert plus à rien, dis moi que c'est pervers, dis moi que j'empêche mon enfant de devenir autonome, m'enfin merde, t'as quoi dans le slip ?

 

Mais non, rien. Rien n'est venu. Limite j'avais envie de la titiller en lui demandant si c'est normal que ça m'excite quand elle tète, ou de lui dire que je l'aime tellement que je veux qu'elle reste à vie mon bébé et qu'elle soit enterrée avec nous et mes futurs placenta dans la pampa mongole.

 

J'ai dû me rendre à l'évidence : elle n'avait visiblement rien contre l'allaitement.

 

Punaise... Tout fout l'camp quand même. Si mêmes les médecins deviennent pour l'allaitement de longue durée, où va le monde ?

 

Après, on passait aux choses sérieuses : se mettre à poil. Je me suis désappée, et j'ai pouffé : tu te rends compte j'ai plié mon pantalon et ma culotte après les avoir ôtés. Genre la meuf toute propre (enfin si, j'étais propre quand même) toute bien élevée, rien qui dépasse (euh, si, ça dépassait en plus, donc bon).

 

J'ai eu mon frottis : j'ai dégusté. Je me rappelais pas que ça faisait mal ?! En plus j'ai eu l'impression que ça durait 3 plombes avec "ça" dedans...ya quand même mieux comme sensation à l'heure de l'apéro.

 

frottis.jpg  Tu peux faire genre hou je tiens l'instrument avec grâce je suis un artiste mais en fait, c'est juste dégueulasse.

 

Je l'avais informée que je n'avais pas eu de rééducation du périnée...Elle a checké et elle m'a confirmé qu'il était niquel tout bien comme il faut. Hou-hou.

 

J'avais dit que je lui demanderai des infos sur ma non-ovulation, je l'ai pas fait, vu qu'on déménage je vais pas la garder, alors la flemme. 

 

Et je suis ressortie...avec l'impression qu'il y avait gravé sur mon front "VIENT DE MONTRER SA CHATTE". Du coup je suis allée chez un vrai boucher/charcutier acheter 2 côtes de porc, et bordel on voit la différence, elles étaient juste délicieuses. Si tu cherches un rapport t'en auras pas, demande plutôt à ton mec.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 09:06

Personne ne m'a jamais fait la remarque (ce qui m'étonne) du coup je mets les pieds dans le plat.

 

Ça t'interpelle pas que mon pseudo bloguesque soit Kisbuel mais que mon blog soit dit comme "le blog de Blablabulle" ?

 

C'est qui cte conne de Blablabulle ?

 

Ne t'offusque pas, le terme "conne" est bien choisi. "Concon" même serait plus approprié.

 

Je t'explique pourquoi. En fait j'avais pas bien pigé le concept de nom de blog / pseudo au moment d'inaugurer le bousin. Du coup quelque part à un moment j'en ai pris deux.

 

Une fois mon blog créé, je me suis dit ces simples mots : "et merde".

 

Je tente donc de changer tout ça. L'adresse du blog restera la même. Faut pas trop me complexifier le truc, j'ai un niveau basique hein, des fois pour lire l'heure il me faut un temps de reflexion assez conséquent.

 

 

dindon.jpg

 Ce dindon sauvage a l'esprit plus vif que moi. Mais il se la pète un peu non ? Il m'agace.

 

  Me demande pas comment j'ai pu être assez débile pour déjà me gourrer, mais aussi pour attendre si longtemps avant de corriger.

 

En fait il y a le paramètre de la flemme, mais aussi car je croyais que c'était foutu, je pouvais plus changer.

 

Ne m'épargne pas, tu peux me dire que tu es consternée.

 

Fini donc Blablabulle, RIP Blablabulle, call me Kisbuel.

 

(Si ça se trouve mes changements vont pas marcher et là en fait c'est toujours marqué "Le rutilant blog de Blablabulle". Si c'est le cas, je m'hontifie et me cache sous mon aisselle qui pique un peu)

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
2 mai 2012 3 02 /05 /mai /2012 09:24

Nous sommes vendredi soir, et le funeste chant du corbeau raisonne sur nos âmes chagrines.

 

Ouais, on a encore visité une daube bordel de merde.

 

Après avoir maté Koh Lantah comme il se doit, nous allons nous coucher. La maison qu'on a visité a tellement marqué mon esprit que j'ai déjà oublié son existence. Je me surprends à penser "tiens mais pourquoi je suis naze ?? ... ... ... AH OUI ! On a visité une maison, c'est vrai..."

 

Samedi matin, on se dépieute. On a une flemme de dingue. On soupire à l'idée d'aller encore visiter une barraque pour rien. Il pleut.

 

On a rendez-vous à 11h. Officiellement, on ne connait toujours pas la commune où se situe la maison. On a rendez-vous dans la ville d'à côté.

 

Comme à 9h30 on est prêt, on se dit qu'on va y aller, on va en profiter pour sillonner le secteur, car l'air de rien, on ne connait pas.

 

La Ventouse dort profondemment, on visite donc le coin à bord de notre fière voiture bleue.

 

...putain c'est mignon. C'est valloné, des petits bosquets, des cours d'eau, des villages...Il pleut, et pourtant nous sommes charmés.

 

On décide, vu qu'on a repéré la maison, d'aller la mater.

 

On arrive à Derche-Doré.

 

...putain c'est mignon.

 

On arrive devant la maison.

 

...putain c'est mignon.

 

En effet, une seule place dans la cour pour garer une voiture. Mais on peut se garer devant la maison visiblement.

 

Le doute nous assaille : "et si cette maison était pas si pourrie que ça ??"

 

Nous nous rendons au lieu du rendez-vous. En chemin j'ai hyper envie de pisser. Diego s'arrête dans un bosquet. Pour que je pisse en pleine nature, faut vraiment que je sois au bord du pisse-out. Car vois-tu, je sais pas viser. Faut que je me désappe tout le bas. Oui, cul nu.

 

J'ai fait ce que j'avais à faire (certains diront que j'ai marqué mon territoire), et en me refroquant j'ai posé mon pied nu sur une branche de rosier. J'ai eu mal. Mais j'étais toujours charmée.

 

Nous retrouvons l'agent immobilier. Nous l'appellerons Mireille.

 

Mireille a 52 ans (vraiment, elle nous l'a dit). Mireille, c'est une caricature. Toute petite, toute fine, tout brushing, un bon tas de maquillage, et quand elle parle elle en fait des caisses, avec les mains et tout et tout. Elle pourrait vendre des serpilloches sur le marché. Toutefois elle est assez sympatique car ça fait naturel, elle doit être comme ça même dans sa vie perso la Mireille. Ça nous fait plus marrer qu'autre chose.

 

Nous arrivons à la maison. Il pleut. Un vieux bougre sort de la maison et nous propose des parapluies. Merci vieux ! On nous fait entrer par la buanderie. C'est space mais il y a une raison : on nous demande d'enfiler des charlottes aux pieds, comme dans les hôpitaux, pour pas salir la maison.

 

Intérieurement je me dis mon dieu c'est bien les vieux ça. Faudrait tout stériliser sur notre passage. Alors que pourtant, par essence, un vieux c'est crade. Où donc est l'utilité ?

 

Toutefois, le vieux balaye ma pensée "on ne fait pas ça d'habitude, mais il y a pas mal de visites, il pleut, on vous avoue qu'on ne veut pas nettoyer après chaque visite."

 

OK. L'argument de la paresse, je le comprends mais hyper quoi.

 

Nous entrons dans le salon. Et là...ben on s'est senti bien. Direct (mais direct quoi), on s'est projeté. Je veux ce salon (bon, sans les meubles de retraités mais je veux l'ambiance qui s'en dégage) ! Je veux cette cuisine ! Je veux cette entrée !

 

C'était ZE house. Une vieille maison de 1790 (imagine ce qu'elle a vu c'est ouf !), avec une âme, des surprises, une chaleur, un vieux placard dans la cuisine à moitié biscornu doté de petites trapes, un jardin de bonne taille où tu te sens comme dans un cocon...

 

On est resté 3 plombes. Pendant ce temps, la mamie a joué (avec joie) la nounou en s'occupant de la Ventouse. Cette dernière a fait moults sourires, babilles, le grand show. Elle a tout donné côté séduction.

 

On n'a pas voulu se précipiter mais en un regard, le Diego et moi on s'est dit "putain c'est la bonne".

 

Sur le départ, Mireille me dit que la maison est dans plusieurs agences (oui on le savait Rereille, mais on a fait mine de rien). Avec elle, 2 couples étaient intéressés. Les premiers ont rendez-vous avec leur banquier pour voir si financièrement c'est jouable. Les second voulaient la prendre cash, sauf qu'ils sont déjà proprios, n'ont pas encore vendu et ne veulent pas de prêt relai. Donc pour eux, no stress.

 

2 autres visites sont prévues l'après-midi.

 

On se casse. Dans la voiture avec Diego, on essaie de se calmer, d'agir avec raison. La maison est un poil plus chère que le budget.

 

On refait le budget, on passe le coup de fil à un ami pour prendre conseil...bref on essaie de garder la tête sur son socle pour pas se précipiter.

 

14h30 et 16h. Mireille me téléphone. Je n'aurai les messages qu'en fin d'après-midi, fucking technologie.

 

Le coup de fil de 14h30, c'était pour me dire que le couple qui ne voulait pas de prêt relai ont vendu. Donc ils veulent se positionner sur la maison, et passent dès lundi la revoir.

 

Le coup de fil de 16h, c'était pour m'annoncer qu'un couple qui a visité la maison l'après midi a eu un coup de coeur, ils ont dit ok on tope là.

 

Gniiiiiii.

 

Nous pendant ce temps on faisait le point tranquille, la main dans le calfouet avec un coca.

 

17h30 : on a assez tergiversé. On a refait les comptes, pris conseil toussa. Cette maison, on la veut bordel de merde.

 

Comme une fleur, j'appelle donc Mireille. A l'autre bout, toujours à en faire des caisses, elle parait à moitié affolée et enchaine les phrases à propose de couples bidule truc proposition machin chouette coup de coeur gloubidou.

 

Je pige que dalle. J'aurais mieux compris si j'avais eu ses messages.

 

Je la coupe dans son affolance (si si  ça existe), et lui dit qu'on veut faire une proposition pour acheter la maison, sans négocier le prix.

 

Là elle m'explique que concrètement, on n'est pas seul sur l'affaire, elle appelle les proprios et me rappelle ensuite.

 

Angoisse inside.

 

Elle me rappelle...et nous félicite. Woohoooooooo

 

Le Destin dans sa magnificience suprême avait choisi que ça serait NOUS les futurs proprios.

 

1/ On a choisi l'agence de Mireille un peu par hasard. Sauf que la collaboratrice de Mireille, elle habite dans le patelin de Derche-Doré. Ambiance village, les proprios ont privilégié celle qui vit dans la commune.

 

2/ Ils ont grave kiffé la Ventouse, ainsi que son prénom (que tu connais pas, mais je t'assure c'est un chouette prénom)

 

3/ Ils sont contents que leur maison qu'ils aiment beaucoup (ils partent à contre coeur pour raisons familiales) aille à un jeune couple avec un bébé, qui démarre une famille, toussa toussa.

 

Donc voilà, c'est nous qu'on l'a ! Gros big up pour la Ventouse qui a su allier sourires ravageurs, douceur, sans pleur, avec une dose de comique. THAT'S MY GIRL.

 

On a revu la maison avec quelqu'un qui s'y connait côté toiture, isolation and co (beau papa), et c'est bon ya pas baleine sous gravillons.

 

J'ai d'ailleurs tutoyé le stress suprême quand il est venu vérifier la maison. Alors que pourtant, je suis très peu sujette au stress. Beau papa, qui a un caractère charmant (sens-tu l'ironie ?), a été purement odieux avec Mireille, en sous entendant de façon très subtile qu'elle allait amasser un max de pognon sans en avoir foutu une branlée comme tous ceux de son espèce (les commerciaux).

 

La Mireille et les proprios, ils nous avaient grave à la bonne, je me suis dit mais qu'est-ce qu'il fout ce con ? Il cherche quoi là ??

 

Bref heureusement ça n'a rien compromis, et on l'a signé (le compromis. Huhu.)

 

En fait on s'entend bien avec les futurs ex proprio (on a tous une personne âgée en nous), donc ça se passe très bien.

 

Le plus qui fait du bien : il y a de la glycine dans le jardin ! C'est juste mon rêve absolu (le Diego se chargera de la coupe par contre car je peux pas blairer m'occuper des plantes)

 

Il y a quelques petits travaux d'amélioration à prévoir, qui seront faits par beau papa avant notre emménagement. Je prévois donc un décès cérébral en ce qui me concerne. Tu ne connais pas beau papa mais crois moi : ça va être une épreuve de l'avoir sur le dos plusieurs semaines. Si si si si si si si si. Il nout fait le boulot à l'oeil, mais il y a quand même un prix à payer. 

 

Allez, finissons sur une note positive : ON EST PROPRIOOOOOOOOOO

 

 

P1020337.JPG

Ce n'est pas notre future maison. Celle là je l'ai vue en vacances, et je l'ai trouvée moultement charmante.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 09:00

Donc je te disais, on avait 2 visites de programmées.

 

Le vendredi soir, après le taf, nous allons visiter une première maison, celle pour laquelle je m'étais emballée.

 

J'étais nettement moins bien emballée à l'arrivée. On était dans le cadre typique de la photo embellissant le bousin, mais en fait t'es face à un truc miteux.

 

Déjà que je trouve Vincent Cassel hideusissime en photo, en vrai il doit être laid si laid.

 

Bon j'exagère un peu. En même temps on cherchait dans l'ancien avec des travaux, on n'allait pas non plus arriver face à la Villa Magique de Barbie quoi (roh la Villa Magique, tu te souviens ?).

 

Oui mais là les anciens proprios, ils ont regardé Maison à Vendre, ils ont dépersonnalisé à donf le rez de chaussée. Donc ils en peint en beige, taupe, sable d'Orient, crotte de gnou...SUR LE PAPIER PEINT. A la Valérie Damidot. Et en fait par transparence on voyait encore les immenses fleurs de lys sûrement verdâtres d'en dessous.

 

Je sais pas pourquoi mais ils ont stoppé la dépersonnalisation dans l'escalier et à l'étage. Dans l'escalier, ambiance forêt du Nord Pas de Calais (gerbe pas, je sais c'est dur) : grosses fleurs marrons, et tronc d'arbres vert bouteille.

 

Dans la chambre, du lambris et une moquette bleue roi au sol. On a soulevé la moquette et on a trouvé...une autre moquette bleue, mais encore plus vieille (déjà que la couche du dessus devait dater de 1973). Conclusion : ceux d'avant avaient des goûts de merde. Ou alors des goûts de leur époque, ce qui revient au même.

 

Remarque ya des trucs hyper tendance de maintenant auquel j'adhère pas du tout. C'est quand même une évidence que nos gamins pointeront sur nous le doigt de la honte en disant "mais bordel comment t'as pu mettre ça c'est moche mais comment tu as pu touver ça beau à un moment ????"

 

Genre ça, trouvé en 2 secondes sur le site de Leroy Merlin :

 

p_peint.jpg

Soyons sérieux, tu donnerais des sous à Leroy Merlin pour mettre ça sur ton mur en 2012 ? ... Vraiment ? Fais un effort de mémoire : y'avait pas la même chose dans les chiottes à tonton Hubert et tata Françoise ?

 

 

De part et d'autre de la maison, deux "vérandas"..  Mais d'une, elles ont clairement été installées pour isoler (allô double vitrage ?), d'autre, elles sont en alu. Oui oui, comme dans les bars PMU. Tu imagines un peu ? Vivre en partie dans un bar PMU sans l'alcool à gogo ?

 

Côté jardin, la taille était respectable MAIS...La maison était mitoyenne (déjà je suis pas fan), à côté une bicoque genre 50 m2 à retaper qui vient d'être vendue et qui à la base devait être l'atelier de la maison, un truc comme ça. Donc le proprio (le même pour les 2 maisons) venait tout juste de séparer les jardins. Holala trop youpi d'attendre que la haie pousse et en attendant c'est comme si tu partageais le même jardin que ton voisin. Et holala trop youpi encore de savoir qu'à côté, tu ne sais pas quand, quelqu'un va retaper tout une maison. VIVE LA MITOYENNETE.

 

cuisine.jpg

Pour revenir au design actuel : nan mais à moins d'être un psychopathe, tu choisirais cette cuisine ? C'est moi ou ça fait labo ? Tu la mets où, la persaillotte ?

 

Pour finir, je sais pas te dire, mais malgré la luminosité de la maison (oui quand même elle avait des points positifs), ben je m'y sentais tout bizarre...je pense que y'a eu un meurtre dedans. Et pas n'importe lequel hein, un truc glauque style le gamin qui tue sa mère, la décapite et tue ensuite son père en l'étranglant avec les boyaux de la défunte. Enfin un truc comme ça.

 

Le Diego, il a quand même pris toutes les mesures de chaque pièce, au cas où. Quand en partant je lui ai dit que j'aimais pas franchement la maison, il m'a fait remarquer que j'aurais ptet dû le lui dire avant qu'il se fasse chier à mesurer tout et à faire les plans. C'est pas faux. Mais bon, nul n'est infaillible, et zut c'est moi qui ai accouché et ça m'a un pti peu fait mal alors il se tait épicétou.

 

Ah bah dans tout ça j'ai pas eu le temps de tout te raconter. Huhu va falloir revenir.

 

salon.jpg

 Faudrait un apéro de folie pour que j'accepte de me vautrer là c'est moi qui te l'dit.

 

Partager cet article
Repost0
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 09:24

Coucou toi.

 

Bon ok, je n'ai pas trop écrit, même je suis pas trop venue sur Hellocoton ces derniers temps.

 

En plus en vieille rat crevée que je suis, ça m'a même pas manqué. Aucune reconnaissance.

 

Bon déjà, j'étais un poil fatiguée, rapport aux nuits bien nullos en ce moment (la faute aussi aux dents, ces PUTES).

 

Mais aussi parce que bon...on a trouvé une maison. Peut-être tu te rappelles qu'on en cherchait une ?

 

Et alors c'est marrant, car la maison, on a failli passer à côté. En fait l'Univers il s'est dit qu'on devait la mériter, et il a mis des embuches sur la route. D'un autre côté, ça fera un truc à raconter aux gosses plus tard.

 

Je te raconte ?

 

Ces derniers temps, on a enchainé les visites, mais ça n'allait jamais vraiment. Il y a 15 jours, on visite une maison bien en dessous de notre budget. Moi sérieux, je m'y suis vue direct. Beaucoup de charme, c'était mignonnet, et en plus grave de la thune derrière pour se faire plaiz côté déco/ameublement.

 

Sauf que le Diego, elle lui plaisait pas plus que ça. Et comme à ce qu'il parait, il faut que ça nous plaise à tous les deux, on n'a pas donné suite. Mais je t'avoue, j'étais déçue.

 

Quelques jours plus tard, je vois une maison sympatoche sur les photos. Par contre, pas dans notre secteur de recherche. je fais fissa une simulation viamichelienne, et je vois que le bled est à 20 minutes de  mon taf, 10 de celui de Diego.

 

"Beh...qu'est-ce qu'on a branlé, pourquoi on n'a jamais regardé par là ?" Ai-je demandé à Diego.

 

Il n'a pas su quoi me répondre. On téléphone à l'agence. Putain mais la maison a l'air pas mal du tout ! Dans l'ancien, avec des travaux comme on voulait, dans notre budget, au calme...Comme d'hab je m'y vois déjà, je m'emballe comme mamie Josette devant Jean Pierre Pernaud.

 

On fait plein de recherches sur le coin : commerces, écoles, transports...ah ouais, pas maaaaal. Rendez-vous est pris pour la visiter, un vendredi soir.

 

Le lendemain soir, le Diego me fait "reste calme, j'ai trouvé la maison idéale". Il me la décrit. Selon la description, elle est juste parfaite. Elle est où l'embrouille ?

 

Il me montre l'annonce, tout fier d'avoir trouvé une maison (oui car on s'était un petit peu disputé vu que c'est toujours moi qui cherche et qu'ensuite il pinaille sur ce que je propose le mufle)

 

Je me gausse. "Oh t'es bien mignon mais cette maison, je l'ai vue il y a un ptit moment alors viens pas te la jouer Stéphane Plazza. Sauf que c'est dans le secteur de Foin en Molette  (nom inventé Gisèle, nom inventé), et que jusque là, on ne cherchait pas là !"

 

Une fois mon orgueil recadré, on a regardé plus attentivement la description...et ça a l'air pas mal du tout ! Reste à savoir où elle se situe car "proche de Foin en Molette", ça ne dit pas où elle est. Et c'est important pour savoir combien de route on a à se taper le matin, et c'est important pour trouver la maison sur Google Map et voir sa tronche vue du ciel.

 

La maison est en vente dans 3 agences. L'une d'entre elles est en fait un mandataire indépendant. Il est 19h23, on lui envoie un mail, il doit bien bosser à ct'heure le gars, ça compte pas ses heures un mandataire.

 

On lui demande d'être plus précis quant à la localisation de la maison.

 

20h30, en effet il nous répond. Réponse ultra pertinente : "je ne peux pas vous révéler l'adresse du bien."

 

Euh...c'est à dire qu'on est pas en train de demander les codes de l'arme nucléaire, on veut juste savoir où est la maison. Je réponds poliment qu'on demandait pas l'adresse ni si la proprio elle a ses règles, juste la commune quoi.

 

Le lendemain matin : pas de réponse.

 

Moi j'ai envie de savoir, alors je téléphone à une autre agence qui vend la maison. Mais on veut pas passer par elle car ils vendent la maison 4 000 euros de plus.

 

J'en profite pour poser des questions sur la barraque. Puis je demande le lieu. Là, gros blanc. Je ressens à nouveau le syndrôme de l'arme nucléaire.

 

"Ecoutez, moi je suis la secrétaire, ça je ne peux pas vous dire,  je vais prendre vos coordonnées, un agent va vous rappeler."

 

Je me prends au jeu. Je donne un faux nom. Et puis comme je suis en train de changer d'opérateur de téléphone, j'ai en ce moment un numéro temporaire, ça tombe bien. Mon identité sera préservée à jamais.

 

peur.jpg

 Mon Dieu Sylvie, des potentiels acheteurs veulent savoir où est située la maison qu'on vend ! Qu'est-ce que je dis ? Qu'est-ce que je dis ?

 

J'attends qu'on me rappelle. C'est chose faite en fin de matinée.

 

Ni une ni deux, je demande dans quelle commune est la maison. L'agent hésite, bafouille, puis lache le morceau. "C'est sur Bavoir en Couche."

 

Elle est tombée dans ma toile. Je dis qu'on va réfléchir toussa, et j'informe Diego des résultats de mon enquête. Il se met en quête de la maison sur Google Map et Street View.

 

Plus tard, il me dit qu'il la trouve pas (alors que c'est tout petit Bavoir en Couche). Je lui demande de persévérer que diable !

 

Je mate mes mails. Tiens, le mandataire m'a répondu. "Le bien est sur la commune de Derche-Doré."

 

Euh...ya un blème là. Bavoir en Couche et Derche Doré sont 2 villages séparés par 3 km, mais bon merde, elle est où cte PUTAIN DE MAISON ?!!

 

Le soir, Diego, fier comme le Taon rural, ben il la trouve. Elle est bien sur Derche-Doré. Au téléphone, on m'avait dit qu'il y avait une cour devant, avec de quoi garer deux voitures. Sur Street View, on voit qu'une Twingo est garée...mais faut pas avoir fait Math Spé pour voir que deux voitures, ça rentre pas.

 

La loose. Nan car là où on est, on galère pour se garer, donc merde, plus jamais ça.

 

On mate vu du ciel : le jardin semble chelou, il doit y avoir des vis à vis...Bref le charme retombe direct, la maison finalement semble bien pourrave d'une point de vue pratique.

 

On essaie de comprendre comment est foutue la maison grâce aux photos de l'annonce...et houlala, vraiment ça pue.

 

On est mercredi soir.

 

On se repenche donc sur la maison pour laquelle une visite est prévue le vendredi soir.

 

J'appelle quand même le jeudi matin pour visiter la maison de Derche-Doré. On a rendez-vous le samedi matin. J'ai contacté la troisième agence qui vendait la maison, la boucle est bouclée.

 

Le jeudi soir, Diego me sort que quand même, ça sert à rien d'y aller, à Derche-Doré. Il me dit que j'ai qu'à annuler, on va pas perdre notre temps pour rien...

 

"Oh bah écoute, maintenant que le rendez-vous est pris, autant y aller...ça nous fera quand même une visite de plus, et à chaque fois ça nous aide à mieux cerner ce qu'on veut, donc non, je pense que c'est mieux d'y aller quand même."

 

"OK comme tu veux" me réponds l'homme.

 

Ben l'air de rien, ce petit échange va tout changer pour nous.

 

Demain (ou après demain hein), je te dis la suite.

 

 

Partager cet article
Repost0
23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 09:26

La semaine dernière, on a rendu visite à une collègue de Diego, Micheline.

 

La Micheline, elle me dit :

 

- Ahlala, ton Diego, des fois, on voit à sa tête que la nuit n'a pas été facile !

 

Je réponds :

 

- ah oui ? C'est vrai que parfois les nuits sont galères, mais bon après, c'est moi qui me lève hein.

 

Et là, le DIego, il a grave perdu une occasion de fermer sa mouille :

 

- Oui mais quand tu te lèves, ça me réveille aussi ! L'air de rien, le temps que tu passes à rendormir la Ventouse, souvent je me rendors pas tout de suite tout de suite. Je suis claqué du coup.

 

Vois-tu l'affront, ô lectrice ?

 

Ouais, il ose dire que resté vautré au plumard, bien au chaud sous la couette, avec la tête enfouie dans l'accueillant oreiller, le muscle jambial inerte, c'est PAREIL que :

 

- ouvrir les yeux.

- accepter l'idée de se lever

- mettre ses lunettes

- attacher ses cheveux

- s'assoir

- se lever

- mettre sa robe de chambre

- quitter la chambre

- traverser le couloir dans la nuit noire, dans la nuit noire et obscure, obscure et sombre (une référence culte s'est cachée, sauras-tu la retrouver ?)

- entrer dans la chambre de la Ventouse

- la clipser au sein

- attendre

- poser sa tête sur le fauteuil

- s'y endormir en 2 secondes

- se réveiller par la chute de ta tête sur ta poitrine

- constater que ta Ventouse tète encore

- attendre

- constater qu'elle s'est rendormie  

- la poser dans son lit

- être soulagée qu'elle ne se mette pas à pleurer quand tu la poses car faut tout recommencer (ouais depuis 1 semaine elle me fait ce genre d'embrouille c'est délicieux)

- quitter la chambre

- retraverser le couloir dans la nuit noire, dans la nuit noire et obscure, obscure et sombre

- enlever sa robe de chambre

- se mettre dans le lit

- détacher ses cheveux

- enlever ses lunettes

- tenter de se rendormir en priant pour qu'elle se réveille pas dans 8 minutes (oui elle me fait ça aussi)

 

Donc voilà, la pauvre petite chose est toute fatiguée par les réveils de la Ventouse, même si la pauvre petite chose ne se lève pas.

 

J'ai le droit de bouder là, nan ?

 

caca.jpg

Appréhendant la nuit harassante qu'il va passer, l'homme s'isole (et en profite pour faire caca)

 

 

Partager cet article
Repost0

Ma Vie...euh Bah C'est Déjà Bien

  • : Le Rutilant Blog de Kisbuel
  • : Comme on dit, je suis primi. Voilà voilà voilà...
  • Contact

Mon Profil Mais Je Suis Mieux De Face

  • Kisbuel
  • En couple, 30 ans, je chausse du 39.
J'aime la charcuterie, le moelleux, l'odeur de l'eau de rose et notre maison même si là elle ressemble à rien avec les travaux.
Mais surtout j'ai une petite fille née en juillet 2011. Quand même.
  • En couple, 30 ans, je chausse du 39. J'aime la charcuterie, le moelleux, l'odeur de l'eau de rose et notre maison même si là elle ressemble à rien avec les travaux. Mais surtout j'ai une petite fille née en juillet 2011. Quand même.

Ma Page sur Hellocoton

Facebookisons

...ou pas.

J'avais créé une page facebook, mais en fait ça me saoule grave. Du coup je l'ai supprimée, on va pas se rajouter des trucs chiants non plus.