Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 10:07

Si vous avez suivi, je ressors avec mes petites pilules magiques : Duphaston et Clomid.

 

J'avais Duphaston pendant dix jours puis après l'arrêt, mes règles venaient, et j'enchainais sur Clomid de J2 à J6 du cycle, un comprimé. Puis à J15, re-Duphaston etc.

 

En bref, fallait se greffer un calendrier pour piger et ne rien zapper.

 

Ensuite tu comptais tes fameuses DPO en attendant de voir venir une "ovu" comme on dit sur les forums, et ensuite le test. Le tout en continuant ta folle complicité avec ton thermomètre.

 

"gsper trop ke tora vite ton +++ loool paske sinon c chian vazy fé nou un +++ é ensuite tu ns envoi la cigogne hin ptdr", me disait-on.

 

Une heure après, quand j'avais déchiffré le message, je remerciais et souhaitais la même chose. Toutes dans la même galère hein.

 

Premier mois : roh putain une ovu je la vois là, sur la courbe ! Trop la fête. Point de grossesse, mais une ovu te rends-tu compte ami thermomètre ?

 

Deuxième mois : Pffffff. Pas d'ovu. Pourtant on était parti en vacances, zen attitude, foie gras, vin rouge, canard (sauras-tu deviner dans quelle région nous sommes allés ?).

On a même dormi dans une yourte.

 

Une ger qu'on dit en vrai chez nos amis Mongols. Tu vois t'aurais pas parié ton dernier rouleau de PQ là-dessus, mais après la lecture de cet article tu seras moins con cher lecteur. Ne me remercie pas ça me fait plaisir.

 

N'empêche ç'aurait été trop la classe de concevoir notre bébé dans une yourte. Je voyais déjà le PowerPoint de son mariage, on avait l'intro bordel. Ben non. Fucking ovaire qui nous bousille l'intro du PowerPoint quand même. Mais ça tout le monde s'en fout hein, c'est quand même un comble.

 

De retour de vacances, je m'en vais donc geindre auprès de mon gyneco. Je commençais mon troisième cyle, avec donc Clomid (tu suis où je t'ai paumé ?).

 

Le gyneco décide de prolonger le Clomid, puis de me faire une écho voir si un follicule a daigné se développer, auquel cas je devrais ME faire une piquouse d'hormones.

 

Quelques jours plus tard je vais faire une écho, oh my God, deux follicules semblent être moins mous du genoux. Ils ont la gagne, veulent aller au bout de leurs limites. Faut piquouser. Le gyneco hésite entre deux : Ovitrelle ou Puregon. Ovitrelle : une seule injection. Puregon : plusieurs.

 

Je t'aime Ovitrelle.

 

Il m'envoie faire une prise de sang, j'aurai les résultats en fin de journée, je dois le revoir et selon il me dira à quoi me piquer. Donc je dois me procurer Ovitrelle ET Puregon.

 

Là, mon Vietnam commence.

 

J'ai appelé TOUTES les pharmacies, aucune n'avait Puregon. Ah si, sauf une. Oui mais elle n'a pas le stylo spécial pour me l'injecter. Et que je retéléphone à TOUTES les pharmacies. Personne n'a le PUTAIN de stylo.

 

Je rere-téléphone à la pharmacie. Elle est sympa la gonzesse, elle va me filer des seringues pour bébé, et m'expliquer comment s'en servir. Bon là sérieux je flippe déjà, mais je me dis s'il faut ça, il faut ça hein.

 

Je précise que tout ça je l'ai fait de mon boulot. Donc en plus fallait me la jouer discrète, choper les numéros des pharmacies, appeler, tout en continuant l'air de rien à taffer.

 

Mon Vietnam je vous dis.

 

A la fin du boulot je cours chercher le Puregon (Ovitrelle pas de soucis). J'ai du faire un créneau pour me garer.

 

Rien que pour ça, pardon mais je mérite de tomber enceinte là tout de suite.

 

Je récupère le Puregon. 130 euros quand même (pris en charge 100 % CPAM + complémentaire)

 

Ensuite je vole chercher mes résultats de prise de sang.

 

Je dois REFAIRE UN CRENEAU BORDEL.

 

Au Vietnam j'aurais déjà perdu Pete, Johnson et Miller. Moi je survis. Je suis ma propre héroïne.

 

Encore ensuite, je me précipite chez le gyneco. Viiiite la secrétaire va bientôt se barrer et là pour le choper le mec, walou.

 

On s'acharne sur moi : je refais un créneau. Je suis blasée.

 

J'arrive à la clinique. Je suis rouge, essouflée, et passablement humide au niveau du front.

 

J'interpelle la secrétaire. "pff pff, Dr Bright (il a les dents très blanches) pfff pff doit me dire ce que je dois faire pff pff selon ces résultats pff pff"

 

Elle va le voir. Verdict : Ovitrelle.

 

J'ai donc couru partout et me suis stressée pour que dalle. Joie.

 

Je précise que le Puregon se garde au frais. La pharmacie ne peut pas le reprendre. Cherche pas Josiane où il est le trou de la sécu. Le Puregon est encore dans mon frigo, dans le bac à bières le bac à légumes.

 

Le soir, il a fallu se piquer.

 

Alors je précise : je suis pas spécialement douillette. J'ai accouché sans péri par choix, mais ça c'est une autre histoire.

Et je n'ai pas peur des piqûres, des prises de sang. Voir mon sang gicler, voir un truc s'enfoncer, ça me choque pas. Je m'en cogne. Bon je parle pas de me faire clouer vivante, ou de me faire piercer le téton hein (gniiiiiiii).

 

Mais m'auto-piquouser, j'ai pas pu. Diego a du s'y mettre, il a bien visé le gras du bide. En même temps c'est pas compliqué, c'est comme s'il visait l'eau depuis un bateau.

 

Les jours suivant, il a fallu quand même passer par la méthode à l'ancienne. On aurait tendance à croire qu'avec tout ça on pourrait s'en passer, mais non en fait.

 

ça donne un côté vintage à la conception, c'est sympa, assez stylé finalement.

 

Ensuite pour changer, il a fallu attendre...

 

A suivre...

Repost 0
22 novembre 2011 2 22 /11 /novembre /2011 10:02

Pour me décrire en peu de mots : la flemme dirige ma vie.

 

J'aime ne rien foutre, c'est une vérité absolue.

 

Je m'ennuie rarement. Si j'ai rien à faire, je peux fixer un point au mur, au sol, au ciel... Un peu comme le matin en mode "dans le paté". Je peux fixer, et partir dans mes pensées, ressasser souvent.

 

Je procrastine à fond.

 

Pour moi une belle journée c'est : rassembler tous les oreillers de la barraque, mettre le canapé en lit, me mettre en sous-vêtements, me vautrer dans tout ça, et appuyer sur play.

 

Face à moi, How i met your mother ; Kaamelott ; Friends ; Zelda sur la Wii...

 

Face à ma bouche : biscuits, alcool, pizza, sushis, bref n'importe quoi du moment que c'est bon. Une 'tite préférence pour ce qui est gras et luisant.

 

Je ne ferais pas ça tous les jours c'est comme tout sinon on se lasse, mais j'adore de temps en temps.

 

Inutile de dire que depuis que je suis maman, tout ça c'est over.

 

Pour ne pas déroger à la Grande Règle de mon Existence, mes ovaires sont des gros flemmards. En temps normal j'ovule spontanément une ou deux fois par an.

 

Bien joué l'ovaire, tope là, j'adorerais taffer deux fois par an aussi.

 

Je n'irai donc pas lui jeter la pierre. Je l'admire. 

 

N'empêche, là j'aurais bien aimé qu'il se remue. Avant de voir le gyneco, je me suis dit ma cocotte, fais donc une courbe de tempiote, histoire de venir avec un truc sur la table, des arguments pour qu'il me dise pas "oh ma ptite dame revenez dans un an !"

 

Car dans un an, ben ça aurait été pareil quoi. C'est pas pour rien que j'ai mes règles deux fois par an depuis douze ans.

 

Ma soeur a les mêmes "symptômes" : quatre ans pour avoir son premier enfant, 3 ans de shoot d'hormones. Alors on me la fait pas. (Je te rassure lecteur haletant, maintenant elle a cinq gosses. Cinq garçons même. Et elle est encore en vie. Oui oui)

 

J'ai donc commencé à prendre ma température tous les matins. Le premier geste. Avant de poser le pied par terre qu'ils disent.

 

En rectal bien sûr. Tout le monde sait que la grossesse est très glamourous, autant s'y mettre tout de suite dès les essais.

 

J'aurais aussi pu lacher une caisse au bip bip du thermomètre et jouer ainsi aux flechettes. Mais j'ai pas fait. Restons digne putain.

 

Pour comprendre tout ça, je surfe sur les sites, fais mes courbes en ligne, j'analyse une courbe en onze secondes, je decripte ma glaire cervicale en deux coups de cuillère à pot. Une Mentalist de la fécondation.

 

Au bout de quatre mois, verdict : houlala, mais j'ovule pas ! Sans blague ? Dingue non ?

 

Non.

 

Je prends donc rendez-vous auprès d'un gyneco. Je le connais un peu il m'a fait un frotti il y a un an. Il bosse dans une clinique privée.

 

Il moufte pas le mec, constate que no ovulation. Il a l'ordonnance facile. Je ressors avec du clomid et du duphaston pour foutre un coup de pied au cul de mes ovaires.

 

Techniquement, c'est de la Procréation Médicalement Assistée, même si c'est encore soft. Je croise les doigts.

 

Tout ça sera fort sympathique !

 

A suivre... 

Repost 0
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 12:57

Commençons par le commencement.

 

Nous deux :

 

Lui, Diego, moi, Gabrielle. Ensemble depuis 2005.

 

Eté 2008. Une envie de ouf d'avoir un bébé. L'utérus en branle (rah, n'imagine pas un truc dégueu toi, là).

 

- Diego, on fait un bébé ?

- ...

- AH AH ! T'as pas vomi ! Donc c'est oui ?

- ben clairement je veux des enfants, et avec toi vu que t'es la femme de ma vie (flagorneur...mais vas-y continue)...Mais est-ce le bon moment ?

- aouch, ça pique un peu.

 

Réponse insolente quand on a une envie là, qui vient des tripes. Comme une envie de sauciflard un samedi à 19h30. Bon là t'épilogues pas, t'ouvres le placard, tu files chercher le couteau avec l'abeille là, et tui lui fais sa fête au sauciflard. Et comme il veut pas finir tout seul, tu ouvres une bouteille. Un putain de bon samedi soir, tu finis légèrement euh...pompette dirons-nous, et ne parlons plus de reproduction de l'espèce, vu qu'à peine la fesse posée dans le plumard, tu ronfles et ton mascara dégouline déjà sur ton oreiller.

 

Mais je m'égare. Reprends toi Huguette.

 

"Est-ce le bon moment ?" La question raisonne dans ma tête tel le tic tac de l'horloge de mamie Denise.

 

Le bon moment n'est-il pas celui de l'envie ? De l'appel de l'utérus ? Je dirais oui là comme ça.

 

Oui, mais non.

 

Il avait pas faux le bougre.

 

Eté 2008. Je suis encore étudiante. Diplômée si tout va bien en juin 2009. Maman ET étudiante, je le sens moyen.

 

Déjà j'ai l'utérus qui fait moins le fier.

 

Quand je me projette en maman, je me vois pas exactement dans un manoir avec domestiques et une brosse à chiottes en diamants....mais bon je me vois pas à la dèche non plus.

 

Oui, le plus important c'est l'amour toussa. Oui, même avec de la thune, ça peut vite s'écrouler, et ton gosse à ce moment là, ben tu vas pas le donner à Emmaüs.

 

Mais quand même. Moi je voulais une situation stable, des rentrées d'argent correctes et relativement certaines (un salaire quoi...putain je me fais chier je mets trop de mots). Je voulais pas être obligée d'acheter de la daube à mon bébé car pas les moyens...envie de claquer 20 euros dans un pyjama taille 3 mois sur lequel il va chier/gerber/les deux en même temps SI JE VEUX (d'abord).

 

Alors là, l'utérus il moufte carrément plus.

 

Le projet bébé a été remis à mes études finies, l'occupation d'une maison et non pas d'un appartement avec une seule chambre (la notre, et petite en plus la garce). Et puis à quand j'aurais un boulot stable. Diego lui, le mufle, a déjà un travail depuis moults années. Il passe son temps à se la péter avec ça, il me gonfle lui.

 

FEVRIER 2010 :

 

- diplôme : ça c'est fait (avec des notes de ouf les enfants. Jpeux me la péter à Noël. 16 à l'écrit, 18 à l'oral de mon mémoire. Respect ou bien ?)

- maison : ça c'est fait. 4 chambres, un petit jardin.

- boulot : ça c'est fait. ça a été quelque peu galère, d'abord un CDD tout pourri, puis un CDI ailleurs, nettement mieux en tout.

 

Le combo quoi. Allez on se lance.

 

C'était sans compter sur un léger problème : je n'ovule pas.

 

GLOUPS.

 

A suivre....

Repost 0

Ma Vie...euh Bah C'est Déjà Bien

  • : Le Rutilant Blog de Kisbuel
  • Le Rutilant Blog de Kisbuel
  • : Comme on dit, je suis primi. Voilà voilà voilà...
  • Contact

Mon Profil Mais Je Suis Mieux De Face

  • Kisbuel
  • En couple, 30 ans, je chausse du 39.
J'aime la charcuterie, le moelleux, l'odeur de l'eau de rose et notre maison même si là elle ressemble à rien avec les travaux.
Mais surtout j'ai une petite fille née en juillet 2011. Quand même.
  • En couple, 30 ans, je chausse du 39. J'aime la charcuterie, le moelleux, l'odeur de l'eau de rose et notre maison même si là elle ressemble à rien avec les travaux. Mais surtout j'ai une petite fille née en juillet 2011. Quand même.

Ma Page sur Hellocoton

Facebookisons

...ou pas.

J'avais créé une page facebook, mais en fait ça me saoule grave. Du coup je l'ai supprimée, on va pas se rajouter des trucs chiants non plus.