Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 10:36

Ouais, avec mon billet d'hier j'ai dû me replonger dans des études officielles sur l'obstétrique, et du coup ça m'a ramenée un an en arrière, quand je rédigeais notre projet de naissance avec Diego.

 

Je fuyais comme un plat de légumes vapeur les sites grand publics. Je me suis achetée un livre grand public sur la grossesse, et tiens faudra que j'en cause. Il m'a donnée tellement d'occasions de râler faut pas que je laisse ça comme ça, va falloir que je partage.

 

Par contre, j'allais lire les documents de la Haute Autorité de Santé (HAS) et du Collège National des Gyneco-Obstétriciens Français (CNGOF). C'est d'ailleurs suiite à ces lectures que j'ai refusé de faire le test du dépistage du diabète gestationnel (et personne ni SF ni gyneco n'y ont vu un problème).

 

Alors c'est parti, rentrons dans le coeur du sujet :

 

episio.jpg

 

 

Je pense que ya pas besoin de faire un roman pour expliquer qu'est-ce qu'une épisio : on te coupe la fouf' avec une paire de ciseaux pour faciliter la sortie du bébé.

 

La première épisio date de 1742 (précis les mecs. Par contre avec les conditions d'hygiène de l'époque, j'ai envie de serrer la maman très fort dans mes bras et de lui dire que je l'aime). L'épisio était faite lors d'expulsion compliquée. 

 

Méga engouement au 20e siècle en France pour l'épisio. La chatte était Ze place to cut. L'épisio était quasi systématique pour un 1er bébé. On apprenait aux sages femmes qu'il FALLAIT couper quand une primipare accouchait. On se demande bien comment l'Homme a survécu avant hein, si aucun bébé ne peut passer tranquille.

   

Depuis le début des années 90, un vent nouveau souffle sur le Monde merveilleux de l'obstétrique : on se rend compte qu'il n'y a AUCUNE étude prouvant les bénéfices réels d'une épisio. On se rend compte qu'on en fait surtout par habitude.

 

Les études sont faites et le verdict tombe : on s'est gourré les mecs, en fait l'épisio a son utilité, mais on en fait vachement trop !

 

En 2002-2003 En France, 68 % des primi y ont droit, et 31 % des multi.

 

Tranquille les mecs. 

 

En France, il faut attendre 2005 (hier quoi) pour que le CNGOF se positionne clairement et demande d'y aller mollo, niveau coupage de fouf'. Ils préconisent un taux maximum de 30 %. "À la lumière de la littérature, le groupe de travail estime que le taux global national devrait se situer en dessous de 30 % des accouchements par voie basse, pourcentage qui pourrait dans l’avenir continuer à s’abaisser s’il se confirme que cette politique de réduction a des conséquences positives, à l’image d’autres pays qui l’ont adoptée."

 

Moi j'aime les recommandations du CNGOF, parce qu'à partir de là, tu peux voir qui s'en fout, et qui respecte.

 

Je te donne des petits chiffres pour t'éclairer : le taux d'épisio en 2007 pour des accouchements non-pathologiques.

 

Si tu accouchais à Avignon, Polyclinique Urbain V : 70 % d'épisio

A Creil, Hôpital : 9 %

A Belfort, Hôpital : 16.1 %

A Brest, Polyclinique de Keraudren : 69.3 %

Au Mans, Clinique du Tertre Rouge : 6 %

 

Une mater qui est réputée pour son hyper faible taux d'épisio, c'est celle de Besançon. 1.5 % en 2011 (oui tu as bien lu, 1.5 %). Mater de niveau 3, donc pour accouchements à risques en plus.

 

Un gros big up pour Besançon.

 

Faudra qu'on m'explique pourquoi dans une mater on risque à 70 % d'être coupée (et t'inquiète qu'on te trouvera toujours une justification là dessus), mais que dans un autre département on n'ait que 6 % de risques d'entendre squick squick ?

 

Faisons leur fête à quelques idées reçues sur l'épisio :

 

- L'épisio prévient les déchirures : FAUX et même ARCHI FAUX

- Elle prévient l'incontinence urinaire : FAUX

- Elle prévient l'incontinence anale : FAUX

- Gros bébé = épisio forcément : FAUX.

- Instruments = épisio forcément : FAUX. Toutefois dans les faits, cela arrive souvent, notamment en cas de forceps (moins si ventouse)

- Jumeaux, siège = épisio forcément : FAUX

- Episio au premier bébé, épisio ensuite ? : FAUX

 

(Tu peux trouver tout ça là.)

 

Bon c'est pas tout ça, mais dans ce merdier, quelles sont les justifications officielles pour pratiquer une épisio ?

 

Il n'y en a pas vraiment. Tu me diras, on est bien avancés.

 

Il y a un décalage entre leurs recommandations et la pratique. Toutefois que dans les Hautes Sphères ils donnent des consignes, ça ne peut qu'aider. Il faut bien que le mouvement, le changement, parte de quelque part.

 

Notre pote le CNGOF recommande au praticien de faire appel à son expertise clinique, de remettre en cause sa pratique, ses habitudes, et de ne pas systématiser les épisiotomies. C'est absolument au cas par cas.

 

Ce n'est pas parce qu'on voit que la mère va se déchirer qu'il faut couper.

Ce n'est pas parce que c'est un gros bébé qu'il faut couper.

Ce n'est pas parce que c'est un peu long qu'il faut couper.

 

Etc...

 

Le CNGOF pour moi énonce une évidence, mais visiblement il faut des études et des colloques pour ça : chaque femme est différente, chaque accouchement est différent. Et une femme est une personne, pas un utérus à vider. Une femme qui devra vivre avec les suites d'une épisio, ses possibles complications, une cicatrice plus ou moins belle.

 

Des fois je trouve ça dingue qu'il faille tout un truc pour juste rappeler de ne pas appliquer les mêmes pratiques pour toute personne. Qu'un geste médical, d'autant plus quand il touche l'intégrité physique, ne doit pas être banalisé ni systématisé. 

 

Quand je pense qu'on leur apprenait jadis qu'il fallait -sans se poser de questions- couper...ça me débecte.

 

Quand je pense que ma belle-mère a eu une épisio à son premier bébé en 1977. Et que d'emblée on l'a prévenue : "vous en aurez une à chaque accouchement Madame." En effet, à chaque fois elle y a eu droit.

 

Quand je pense qu'au mépris total de la douleur, certaines femmes sont coupées et recousues sans anesthésie locale.

 

Quand je pense que certains gyneco (sûrement davantage ceux de la vieille école...quoique) font en recousant le "point du mari"...comprendre reserrer un peu plus le vagin pour le confort sexuel de Monsieur.

 

Je ne suis pas spécialement féministe, mais j'ai comme dans l'idée que si ça avait été un coup de ciseau sur la bite, on n'aurait pas attendu plus de 200 ans pour que les scientifiques se penchent sur la réelle utilité de cette pratique.

 

Et alors, avec leurs recommandations là, on en fait quoi ?

 

Ben perso, d'une part rien qu'avec les chiffres pour moi ça donne une idée de si la mater elle fait ou pas des efforts.

 

Ensuite je pense que se pencher soi-même sur la question, c'est une manière de prendre en main sa grossesse et de se préparer à accoucher.

 

Connaître les recommandations officielles en obstétrique, c'est savoir un peu où on met les pieds (pas direct dans les étriers quoi). C'est savoir de quoi on parle. C'est pouvoir en discuter avec la mater.

 

La mater qui te sort "Mais madame, laissez nous faire notre travail, on coupe si on estime qu'il faut couper. Et puis c'est pour votre bien, ça prévient les déchirures."Sans m'être renseignée, j'aurais dit OK. maintenant que je sais que ça ne prévient pas les déchirures, j'irais voir ailleurs...

 

Dans notre projet de naissance, j'avais accepté l'épisio uniquement en cas de souffrance foetale. Si un problème vital faisait qu'il fallait que ma fille sorte fissa, bien évidemment que j'aurais accepté qu'on m'épisiotomise la choune.

 

Comme j'avais confiance en ma mater, je savais qu'ils n'allaient pas me couper sans vraiment de bonnes raisons. Après je ne suis pas médecin, je remettais mon corps entre leurs mains et leur fameuse expertise clinique pour savoir s'il fallait que mon bébé soit sorti en urgence. Mais j'avais fait gaffe avant. Je n'y allais pas au petit bonheur la chance.

 

Comment éviter l'épisio ?

 

Il parait que des massages du périnée aident...Je n'ai pas essayé (flemme).

 

Je pense que tout est lié, et que la position joue aussi un rôle. Pour ma propre expérience, ma fille buttait sur mon coccyx. C'est en me mettant accroupie qu'elle a pu passer. La SF m'a dit qu'allongée...ben on aurait très certainement dû intervenir à coup de ventouse ou de forceps...donc sûrement une épisio.

 

Et sinon, à ce jour, on est en où, côté épisio ?

 

Je suis tombée l'an dernier sur un blog d'une jeune sage-femme. Elle l'avait commencé pendant ses études. Elle y racontait ses stages, passage du diplôme, puis premier emploi. C'était super intéressant à lire. Comprendre leur quotidien, la difficulté pour elles de proposer un accompagnement de qualité aux parturientes à cause de la logique de la rentabilité c'est toujours bénéfique en tant qu'usager.

 

Et puis un jour, elle publie un billet, cela faisait quelques mois qu'elle bossait, dans une grosse maternité. Et confie que dans l'urgence (beaucoup de femmes qui accouchent et peu de professionnels), et aussi pour se rassurer en tant que jeune pro...ben elle a la main lourde sur le ciseau. Comme ça, elle peut se fixer des objectifs de temps, et s'y tenir.

 

Et puis elle continue d'apprendre à bien recoudre, c'est en forgeant qu'on devient forgeron hein. 

 

Oui, quand on acccouche, on a aussi un être humain en face, qui a ses peurs, ses angoisses...et qui pour se rassurer, peut t'épisiotomiser alors que c'était pas top utile. De quoi bondir.

 

Mais tu constates aussi que dans son environnement professionnel, rien n'est fait pour qu'elle aussi, elle accompagne sereinement un accouchement (d'ailleurs elle dit aussi qu'elle ne pourrait pas accoucher sans péridurale au vu de ce qu'elle voit...ce qui me laisse à penser que là où elle bosse, c'est à la chaine et on ne peut pas soulager les femmes autrement que par une péri...)

 

Tout ça pour dire que ce n'est pas QUE une question de pratique obstétricale, purement scientifique, c'est aussi une question de moyens humains et techniques, de formations, pour qu'on ait de A à Z un accompagnement en béton armé-satiné quand on va accoucher... 

 

L'Enquête Nationale périnatalité 2010 rapporte que 44 % des primi ont eu une épisio. C'est quand même une bonne nouvelle, ça a bien baissé. Allez, encore un effort.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

celine 21/12/2015 23:43

je viens juste de tomber sur ton article totalement par hasard. je me retrouve completement dans beaucoup de points :D
premier accouchement en 2004 , j ai appris que j'avais eu une episio pile quant la SF sort : " Ah ben on va recoudre maintenant " moi : "ah bon z avez couper? " " oui oui , , on coupe normal"
j'ai eu mal pendant plus d un an lors des rapport une vrai plaie ... et il marrive d avoir encore mal quelques fois.

en 2010 pour le 2 eme j ai eu une dechirure naturelle et j ai appris que mon ancien episio avais eté une vrai boucherie.
"dsl pour les fautes"

pour info pour le premier j ai mis 2 h max et le 2 eme 15 minute top chrono
rien ne justifiai tout ca

OlympusMom 13/10/2012 19:23

Alors c'est la honte intégrale, parce que je me souviens.
En fait j'ai dis de la merde. De la grosse merde. Je me souvenais plus (l'euphorie du moment tout ça tout ça) mais elle m'a fait une petite piqure d'anésthésiant avant.
Du coup ben j'ai rien senti ouais.

Ok, j'ai fait ma warrior, hein, mais j'ai oublié mon cerveau.

Kisbuel 30/10/2012 10:37



Ah oui, c'ets mieux avec l'anesthésiant lol



OlympusMom 13/10/2012 19:19

purée le point du mari, ca ma scotché. J'ai fait des recherches sur internet la dessus et....j'ai trouvé des témoignages....c'est effrayant..... je rebondirai peut etre la dessus dans un prochain
article....

Perso, moi j'ai déchiré "a l'ancienne" naturellement. j'ai été recousue a vif, direct aprés l'accouchement, (j'ai pas eu de péridurale, arrivée trop tard) et par contre, je n'ai absolument rien
senti du tout. La sf m'a demandé si j'avais mal, mais non, je la voyais faire mais je n'en suis absolument pas traumatisée, ni n'en ai gardé aucune douleur.
J'ai eu 4 points au final, c'est pas grand chose, et jamais on ne m'a proposé une épisio, alors que a un moment la déesse avait du mal a descendre (cordon sur l'épaule).... j'ai vraiment eu une
bonne mat"....

Kisbuel 30/10/2012 10:37



Ouais...des soignants qui oublient qu'ils n'ont pas un objet en face, d'autant plus quand c'est une femme, y'en a malheureusement encore trop !



chanone 14/06/2012 15:59

juste pour information, ça m'intéresse, pourquoi ne veux tu pas faire le test du diabète gesta ? merci

Kisbuel 14/06/2012 20:50

Tu n'es pas la première à me le demander j'avais zappe ! Je ferai un billet dessus ;)

Elle 10/03/2012 19:12

C'est la chose à laquelle je n'avais pas pensé dans le projet de naissance, mais bon, mon accouchement physio sans péri s'est transformé en déclenchement puis césarienne, alors bon... Du coup, je
me suis quand même penchée sur les stats de la mater dans laquelle j'ai accouché, 26% d'épisio, on va dire que c'est moins que la moyenne nationale, donc déjà bien! J'aime beaucoup ton article en
tout cas, qui rappelle bien que le couic couic c'est pas automatique, et appelle à y réfléchir histoire de pouvoir s'y opposer si on le souhaite, le moment venu.

Ma Vie...euh Bah C'est Déjà Bien

  • : Le Rutilant Blog de Kisbuel
  • Le Rutilant Blog de Kisbuel
  • : Comme on dit, je suis primi. Voilà voilà voilà...
  • Contact

Mon Profil Mais Je Suis Mieux De Face

  • Kisbuel
  • En couple, 30 ans, je chausse du 39.
J'aime la charcuterie, le moelleux, l'odeur de l'eau de rose et notre maison même si là elle ressemble à rien avec les travaux.
Mais surtout j'ai une petite fille née en juillet 2011. Quand même.
  • En couple, 30 ans, je chausse du 39. J'aime la charcuterie, le moelleux, l'odeur de l'eau de rose et notre maison même si là elle ressemble à rien avec les travaux. Mais surtout j'ai une petite fille née en juillet 2011. Quand même.

Ma Page sur Hellocoton

Facebookisons

...ou pas.

J'avais créé une page facebook, mais en fait ça me saoule grave. Du coup je l'ai supprimée, on va pas se rajouter des trucs chiants non plus.